Coup double pour l’entreprise Pilatus: elle a confirmé hier officiellement la vente à l’Inde de 75 avions d’entraînement PC-7 MkII, le plus gros contrat de son histoire, et elle devrait livrer 55 PC-21 à l’Arabie saoudite, à travers un contrat entre les ministères de la Défense saoudien et britannique.

La vente de PC-21 fait partie d’un accord global entre Londres et Riyad, prévoyant la livraison de 55 PC-21 dès 2014 et, dès 2016, de 22 Hawk à réaction modernisés, dont la production sera relancée chez British Aerospace. Le contrat s’élèverait à un total de près de 3 milliards de francs. A cela s’ajouterait la livraison de 25 avions d’entraînement de base, dont le modèle n’a pas encore été divulgué. L’accord a été confirmé par les Britanniques et les Saoudiens, mais Pilatus refuse de le commenter. C’est la plus grosse commande à ce jour pour le PC-21.

L’armée de l’air saoudienne dispose encore de 47 Pilatus PC-9 et 45 Hawk, qui avaient également été vendus conjointement dans un «paquet» commun par les Britanniques. La collaboration entre British Aerospace et Pilatus pour offrir un cycle d’entraînement commun date des années 1980, mais en 1985 c’est le Tucano brésilien qui l’avait emporté contre le PC-9 pour équiper la Royal Air Force (RAF) aux côtés du Hawk.

La signature du contrat avec l’Inde pour 75 PC-7 MkII a été confirmée hier par Pilatus, qui précise que le montant de la vente dépasse 500 millions de francs, et qu’il comprend aussi des simulateurs de vol et une importante aide logistique. L’accord prévoit en outre une option permettant l’acquisition d’avions supplémentaires aux mêmes conditions dans les trois ans. Pilatus se dit «confiant» sur le fait que cette option sera utilisée par les Indiens.