Le dollar et les Bourses ont reculé, mardi, après une succession de données économiques américaines décevantes aux yeux des analystes. En début de soirée, l'euro cotait 1,1930 dollar contre 1,1845 dollar la veille.

Le Nasdaq et le Dow Jones abandonnaient plus de 1%. «Les indicateurs économiques américains publiés étaient tous décevants», résumaient à l'AFP les économistes de la banque Ixis. Dans le détail, la croissance américaine a été révisée à la hausse pour le quatrième trimestre 2005, à 1,6% en rythme annuel contre 1,1% annoncé initialement. Mais ce chiffre était attendu par les économistes. La révision s'est assortie d'un indicateur d'inflation jugé décevant pour le dollar. L'indice des prix de base lié à la consommation, hors alimentation et énergie, a en effet affiché une hausse de 2,1% sur le trimestre, contre 3% attendu. Les investisseurs interprètent les signes d'inflation comme susceptibles d'encourager la Réserve fédérale américaine à relever les taux d'intérêt, ce qui augmente l'attrait du billet vert. Autre mauvais chiffre: les reventes de logements aux Etats-Unis ont baissé de 2,8% en janvier, soit davantage qu'attendu. Il s'agit du plus fort recul depuis février 2004. Ce phénomène n'est pas très positif pour les marchés actions. Cela confirme le ralentissement du marché immobilier, l'un des principaux soutiens de la consommation des ménages et de la croissance aux Etats-Unis. Il devient de plus en plus envisageable que le prix des villas recule ces prochains mois. Cerise sur le gâteau, la publication d'un indice d'activité industriel (PMI) en demi-teinte et une confiance des consommateurs américains inférieure aux attentes a terminé de plonger les investisseurs dans la morosité.