télécoms

Coup de théâtre, Sunrise annule l'assemblée portant sur le rachat d'UPC

Le groupe de télécoms annonce  ce mardi matin qu'il fait marche arrière. D'entente avec le propriétaire de UPC, il annule l'assemblée générale prévue mercredi. Ses responsables estiment ne pas réunir les voix nécessaires

Face à la fronde de ses actionnaires, dont celui de référence Freenet, Sunrise fait machine arrière dans ses plans pour s'emparer d'UPC Suisse. En accord avec le vendeur du câblo-opérateur zurichois, le géant américain Liberty Global, le numéro deux suisse des télécommunications annule l'assemblée générale extraordinaire agendée mercredi. Le feuilleton de ce rachat nourrit la chronique économique depuis des mois, l'annonce ayant eu lieu en février.

Une transaction prévue à 6,3 milliards

Dans un communiqué diffusé mardi, Sunrise précise avoir amendé le contrat d'achat des titres d'UPC Suisse, Liberty Global ayant consenti l'annulation de l'assemblée générale extraordinaire. Pour mémoire, les actionnaires de l'opérateur établi à Zurich devaient se prononcer sur une augmentation de capital de 2,8 milliards de francs afin de financer une partie des 6,3 milliards prévus pour la transaction.

Pas assez de voix

«Au vu des indications claires reçues des actionnaires et l'annonce de Freenet de voter contre l'augmentation de capital lors de l'assemblée générale extraordinaire», le conseil d'administration de Sunrise a conclu qu'une «nette majorité d'actionnaires ne soutiennent pas l'augmentation de capital», écrit Sunrise. L'opérateur allemand Freenet, lequel détient près du quart des titres de Sunrise avait manifesté son opposition à cette dernière opération.

Les critiques de Freenet

Critiquant la structure de la transaction, jugée désavantageuse pour les actionnaires de Sunrise, le directeur général de Freenet estimait en outre trop élevé le prix d'achat d'UPC Suisse. La direction de l'opérateur d'outre-Rhin avait aussi émis des réserves quant à la justification stratégique de l'acquisition, jugeant peu judicieuse la reprise d'un réseau câblé à un tel prix à l'heure où la technologie mobile de dernière génération (5G) prend son envol.

L'actionnaire activiste Active Ownership Capital (AOC) avait emboîté le pas à Freenet en rejoignant le camp des opposants à la reprise d'UPC Suisse, lequel exploite le plus grand réseau câblé de Suisse. Plus récemment, l'influente société américaine de conseils aux actionnaires ISS s'était ralliée à la fronde.

Une option jusqu'en février 2020

Cité dans le communiqué, Peter Kurer, le président du conseil d'administration de Sunrise, «regrette» l'annulation de l'assemblée générale. «Nous avons consacré énormément de temps à échanger avec l'ensemble de nos actionnaires et demeurons convaincus de la logique stratégique et financière prometteuse de cette acquisition», ajoute Peter Kurer.

Sunrise ajoute que le contrat d'achat signé avec Liberty Global «demeure en vigueur à moins qu'il ne soit résilié par l'une ou l'autre partie», et cela jusqu'au 27 février 2020.


Sur le feuilleton Sunrise-UPC

Publicité