Mi-décembre, le navire turc Ottoman Nobility quittait Port-Saïd, en Egypte, chargé de pétrole en provenance du Kurdistan irakien. Il devrait arriver à Qingdao, en Chine, jeudi après avoir parcouru le canal de Suez, l’océan Indien et le détroit de Malacca, selon plusieurs plateformes de traçage de cargos.

D’autres navires chargés de brut foré dans la province semi-autonome, qui contient un tiers des réserves pétrolières de l’Irak, sont en route ou viennent de livrer leur cargaison en Chine. Le gouvernement irakien juge ces transactions illégales, car il se considère comme la seule entité habilitée à signer des contrats pétroliers avec des Etats étrangers.