Il s’agit d’un nouvel avertissement. Oui, confirme Fritz Zurbrügg, la Banque nationale suisse (BNS), dont il est le numéro deux, s’inquiète toujours et encore de l’évolution des marchés hypothécaire et immobilier.