Monsieur Prix suivra «avec intérêt» la révision du système de prélèvement de la redevance radio et télévision, indique-t-il jeudi à l’occasion de la parution de son rapport annuel. Il y a un an, il avait suscité la polémique en proposant de supprimer Billag, l’entreprise mandatée par la Confédération pour encaisser les redevances.

La hausse des tarifs des transports publics annoncée pour le 12 décembre, de 6,4% en moyenne, figure également parmi les priorités du Surveillant des prix pour 2010. Les résultats de son enquête sont attendus dans les prochaines semaines.

Du côté des coûts de la santé, Stefan Meierhans va mettre son grain de sel sur les tarifs des hôpitaux et des médecins. Des recommandations devraient voir le jour sur le prix des médicaments, en collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique.

Tarifs de l’électricité: demi-teinte

Au bilan de 2009, les tarifs de l’électricité restent une épine dans le pied du Surveillant des prix. Avec la première étape de la libéralisation, ils ont augmenté de 10 à 20% l’an dernier.

Une réduction de quelque 50 millions de francs, prévue par la législation, n’a pu être réalisée, regrette M. Meierhans. Il salue toutefois les mesures urgentes qui ont permis de freiner la hausse.

Monsieur Prix s’est aussi intéressé aux tarifs des crèches et des places de stationnement. Lancées en 2009, ces enquêtes doivent aboutir en 2010.

Appels entendus

Au bilan de 2009, le Surveillant se réjouit que ses appels à «agir avec retenue» en raison de la crise aient été entendus par les entreprises de l’Etat. Les entreprises de transports publics ont ainsi reporté la hausse des tarifs initialement prévue pour décembre 2009.

Un accord a également été conclu avec La Poste, prévoyant la diminution de certains prix et le report des augmentations tarifaires. A lui seul, cet accord a permis de soulager les consommateurs d’une charge annuelle estimée à 200 millions de francs, selon Stefan Meierhans.

Réclamations en hausse

De plus en plus de plaintes contre les tarifs communaux pour l’eau, les eaux usées et les déchets parviennent au Surveillant des prix. L’an dernier, elles ont constitué 6,9% du total des réclamations. Différentes augmentations de tarifs ont pu être limitées, voire évitées au niveau communal.

D’une manière générale en 2009, les réclamations émanant du public affichent une hausse de 45%, passant de 1754 à 2560. La part des annonces provenant de Suisse romande a particulièrement augmenté, de 12,4% en 2008 à 15,5% l’an dernier.

Les Neuchâtelois et les Bernois détiennent la palme du taux de plaintes, avec plus de 4 annonces pour 10’000 habitants. Avec les Valaisans et les Obwaldiens, les Genevois sont les moins râleurs, avec moins de 2 annonces par 10’000 habitants.

Au palmarès des prix les plus critiqués, la santé arrive en tête, avec 12,4% de l’ensemble des réclamations. 6,5% de toutes les annonces concernent le prix des médicaments. Les frais de dédouanement arrivent en 2e position (11,8%). Ils sont suivis par les tarifs de l’électricité et de l’approvisionnement en énergie (11,2%) ainsi que des télécommunications (8,2%).