La maison de couture italienne Valentino a annoncé jeudi dans un communiqué son rachat par la société Mayhoola Investments, financée par un groupe d’investisseurs privés du Qatar, à la société d’investissements britannique Per­mira, qui en était propriétaire depuis 2007.

Le montant de l’opération n’est pas indiqué. Elle avoisinerait les 700 millions d’euros et devrait être finalisée en octobre prochain.

L’accord de cession prévoit la reprise de Valentino Fashion Group (VFG) et de la maison de couture éponyme Valentino, ainsi que de la marque M Missoni, tandis que la ligne de vêtements MCS Marlboro Classics et la participation majoritaire (environ 67%) dans Hugo Boss resteront propriété de Red & Black Lux.

C’est cette dernière, contrôlée indirectement par Permira en partenariat avec la famille industrielle italienne Marzotto (qui était actionnaire de VFG avant l’arrivée de Permira), qui avait acquis le groupe italien en 2007, selon le communiqué de Valentino.

«Notre intention est de soutenir la direction sur le long terme pour exploiter tout le potentiel de cette grande marque», a déclaré un représentant de Mayhoola, non identifié, qui a également salué le travail de ces dernières années des directeurs de la création, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli.

«Leur capacité de conjuguer l’esthétique et les valeurs définies par le fondateur Valentino Garavani avec une vision moderne et sophistiquée a rendu la marque de grande actualité et avec un important potentiel de développement», poursuit le communiqué.

«Nous pensons en outre que Valentino est un point de départ idéal pour être davantage présent dans le secteur du luxe», a ajouté ce représentant.

Augmentation du chiffre d’affaires

De son côté, le PDG de Valentino, Stefano Sassi, a relevé qu’«au cours des dernières années, malgré les aléas sur les marchés du luxe, la société a fonctionné avec une grande intensité et est restée concentrée sur la maximisation du potentiel de la marque Valentino».

«Nous sommes très satisfaits de cette opération», a ajouté Stefano Sassi. «Le travail accompli a conduit à une sensible augmentation du chiffre d’affaires, environ 60% entre 2009 et 2012. L’évolution positive que connaît actuellement Valentino pourra être accélérée avec l’aide du nouvel actionnaire», a-t-il précisé.

Valentino a enregistré un bond de 23% de son chiffre d’affaires au premier semestre 2012 par rapport à la même période de l’année précédente, selon le communiqué.

En 2011, VFG a réalisé un chiffre d’affaires de 322,4 millions d’euros et un résultat brut d’exploitation de 22,2 millions d’euros.