Selon le décompte de l’Université d’Oxford et du Financial Times, 212 millions de personnes avaient reçu au moins une première dose de vaccin contre le Covid-19 au lundi 22 février. Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé lundi que près de 60% des vaccins ont été administrés dans dix pays en Europe, aux Etats-Unis et au Canada.

Le Covax, le mécanisme mis en place par l’OMS pour faciliter l’accès aux vaccins dans les pays en développement, en a déjà réservé 2 milliards. Mais les premières livraisons n’auront pas lieu avant le mois prochain, la grande partie de la production ayant été réservée par les pays riches.

Réunis en mode virtuel vendredi, les pays du G7 ont annoncé une donation de 4,3 milliards de dollars au Covax. Cette nouvelle n’a pas réjoui outre mesure le directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. «S’il n’y a pas de vaccins à acheter, l’argent ne servira à rien, a-t-il déploré lundi lors d’un point de presse. Des pays doivent partager les doses qu’ils ont achetées en trop et les producteurs de vaccins doivent donner la priorité au Covax.» Ce n’était pas la première fois que le directeur de l’OMS dénonçait la thésaurisation de vaccins. La Suisse envisagerait d’ailleurs de revendre les doses qu’elle a commandées auprès du fabricant AstraZeneca si elles ne devaient pas être homologuées sur son territoire, selon la presse alémanique.

Lire aussi: Des fonds d’investissement exigent des vaccins pour tous  

Les vaccins chinois arrivent

Le message a été entendu par le président français Emmanuel Macron. «L’Europe et les Etats-Unis devraient, sans délai, envoyer suffisamment de vaccins à l’Afrique pour inoculer les travailleurs de la santé ou risquer de perdre de l’influence au profit de la Russie et de la Chine», a-t-il prévenu, cité dimanche par Reuters.

En attendant, la Chine a commencé à déployer ses vaccins en Afrique. Plusieurs pays (Ouganda, Zimbabwe, Egypte, Maroc, Sénégal, Ethiopie) ont reçu ces dernières semaines les premières doses des vaccins de Sinovac et de Sinopharm, dont l’efficacité se situerait entre 50 et 80%. Les livraisons devraient s’accélérer grâce à une tête de pont installée à Addis-Abeba entre Shanghai et l’Ethiopie. A plusieurs reprises, le président chinois a promis de décréter les vaccins chinois «bien public» et d’en faire des dons aux pays les plus pauvres. C’est ce qui en Europe et aux Etats-Unis est qualifié de «diplomatie chinoise de vaccins».