La Banque centrale américaine (Fed) a annoncé, jeudi, qu'elle allait lever, après le 30 juin, les restrictions sur les grandes banques américaines mises en place à cause de la crise liée à la pandémie.

Cette levée des restrictions se fera «pour la plupart des banques» après les tests de résistance annuels, a précisé la Réserve fédérale dans un communiqué. L'institution avait imposé ces restrictions en juin 2020, invoquant la nécessité de conserver du capital pendant la crise.

Lire aussi: Les banques, premières bénéficiaires de la victoire démocrate

Elle interdisait ainsi aux plus grandes banques dont JPMorgan, Wells Fargo et Bank of America, de procéder à des programmes de rachats d'actions et plafonnait les versements de dividendes aux actionnaires.

Une prolongation avant la suspension

Cette mesure devait s'achever initialement fin décembre. Elle avait été prolongée jusqu'au 31 mars. La Fed annonce donc une dernière prolongation avant la levée de ce dispositif.

«Après deux séries de tests de résistance l'an dernier, le Conseil a constaté que les grandes banques avaient des niveaux de capital élevés, ce qui les protège contre les pertes», souligne la Fed. Les restrictions limitent les dividendes bancaires et les rachats d'actions à partir d'un montant basé sur le revenu de l'année écoulée, rappelle-t-elle.

«Si, d'après le test de résistance de cette année, une banque reste au-dessus de toutes les exigences de fonds propres fondées sur le risque, les restrictions supplémentaires prendront fin après le 30 juin et la banque sera soumise aux restrictions normales», détaille la Fed. «Cependant, une banque qui tombe en dessous de l'une de ces exigences minimales fondées sur le risque dans le test de résistance restera soumise aux restrictions additionnelles pendant trois mois supplémentaires, jusqu'au 30 septembre.»

Pour poursuivre la lecture: La Fed se montre plus optimiste pour l’économie américaine

Une exemption temporaire également supprimée

La Fed semble vouloir prendre la voie d'une normalisation alors que la reprise est en bonne voie.

Vendredi, l'autorité de régulation avait ainsi annoncé qu'elle allait mettre fin à l'exemption temporaire accordée aux grandes banques américaines sur leurs réserves obligatoires qui était destinée à faciliter les crédits accordés aux ménages et aux entreprises.

Cette disposition, qui permettait aux banques d'exclure du calcul de leurs réserves les bons du Trésor et les dépôts auprès de la Banque centrale, prendra fin «comme prévu le 31 mars», avait-elle indiqué.