Il n’y a plus de doute. Des pans entiers de l’économie sont paralysés ou tournent au ralenti depuis bientôt deux mois. Du tourisme à l’industrie pharmaceutique, en passant par l’horlogerie et l’aviation, les prévisions de résultats au premier trimestre 2020 sont systématiquement révisées à la baisse.

Horlogerie suisse en crise

En janvier, selon les douanes, les exportations de produits horlogers suisses ont grimpé de plus de 6% en Asie. Sauf à Hongkong, la porte d’entrée de la Chine, l’épicentre de l’épidémie, où elles se sont écroulées de 25%. Pour l’industrie helvétique des montres, le coup est d’autant plus dur que l’an dernier un quart de ses produits se sont écoulés en Chine et à Hongkong et que les chiffres étaient déjà en berne.