Le géant des divertissements Disney a annoncé mardi la suppression aux Etats-Unis de 28.000 emplois, au sein de son activité qui comprend les parcs d'attraction, les croisières, l'événementiel et les produits dérivés, touchée de plein fouet par la crise sanitaire.

La décision vient de «l'impact prolongé du Covid-19 sur nos affaires, y compris les réductions de capacité sur les sites, en lien avec la distanciation physique, et les incertitudes sur la durée de la pandémie», a expliqué le groupe dans un communiqué.

Lire aussi: Malgré de lourdes pertes, Disney s'en sort grâce aux services de streaming

Des incertitudes «exacerbées par le refus de la Californie de lever les restrictions qui permettraient de rouvrir Disneyland (près de Los Angeles)», souligne l'entreprise. En Floride, à Orlando, le parc d'attraction a rouvert en juillet, avec une jauge limitée.

Un «rapide retour à la normale» espéré, en vain

Sur les 28 000 salariés concernés, 67% étaient employés à temps partiel, a précisé Disney, qui employait 223 000 personnes au 31 décembre 2019.

Quand les parcs d'attraction ont dû fermer, comme la plupart des établissements culturels, «nous avions espéré un rapide retour à la normale», note Josh D'Amaro, le président de l'activité «parcs, expériences et produits», dans une lettre à ses employés. «Sept mois plus tard, force est de constater que ça n'a pas été possible."

En dehors du streaming, l'activité plonge

D'avril à juin 2020, Disney a récolté 11,8 milliards de dollars (10 milliards d’euros) de recettes, moitié moins qu'il y a un an. Seule sa branche de streaming a réalisé un chiffre d'affaires supérieur à 2019. Sur cette période, l'activité des parcs et événementiel a elle plongé de 85%, à 983 millions de dollars (837 millions d’euros).

A lire encore: Le géant Disney déferle en ligne

«Depuis plusieurs mois, notre équipe de ressources humaines a travaillé sans relâche pour éviter de devoir nous séparer de quiconque», a ajouté Josh D'Amaro. «Nous avons réduit les dépenses, suspendu des projets importants, mis au chômage technique les comédiens et rendu nos opérations plus efficaces, mais nous ne pouvons pas garder tous nos employés en ouvrant avec des capacités aussi limitées.»