Pendant les confinements successifs l’an dernier, des milliers de paysans africains n’ont pu se rendre aux marchés pour vendre leurs récoltes et sont restés sans revenu. Graduellement, ils ont vendu outils et animaux de la ferme pour se payer des vivres. Puis, en désespoir de cause, ils ont fini par céder leur terre. En fin de compte, il ne leur restait plus rien et ils ont rejoint la cohorte d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont directement menacés par la famine.