Après Amazon et Wallmart, c'est au tour de la plateforme Instacart de renforcer ses équipes. Elle va doubler le nombre de livreurs qui font les courses à la place des consommateurs dans certains supermarchés et leur amènent chez eux ensuite. La société basée à San Francisco a annoncé lundi qu'elle allait ajouter 300 000 «acheteurs personnels» pendant les trois mois à venir, pour faire face à l'explosion de la demande provoquée par la crise du coronavirus.

Comme les chauffeurs chez Uber, ces livreurs ne sont pas employés à temps plein, ils sont payés à la course. L'application Instacart les met en relation avec les consommateurs.

«Les dernières semaines ont été les plus actives dans l'histoire d'Instacart. Nos équipes travaillent sans arrêt pour servir nos utilisateurs de façon fiable et sûre», a déclaré le patron, Apoorva Mehta, dans un communiqué.

Lire aussi: Face à l'explosion des demandes, Amazon augmente les salaires et recrute

«Une source additionnelle de revenus»

L'entreprise a vu ses volumes de commandes en Amérique du Nord bondir de 150% en un an. Les clients, soucieux d'éviter les risques de contamination dans les magasins, passent des commandes plus grosses que d'ordinaire, d'après Instacart.

De nombreuses grandes sociétés, restaurants et commerces de proximité licencient des employés pour cause de fermeture, de manque de clients ou de production interrompue. Mais l'industrie des livraisons à domicile connaît elle une forte croissance. Amazon et Walmart ont annoncé la semaine dernière des recrutements massifs (respectivement 100 000 et 150 000 personnes supplémentaires, à temps plein ou partiel).

Lire également: Instacart transpose l'économie à la demande dans les supermarchés

«Alors que de plus en plus de personnes cherchent des opportunité de gagner rapidement de l'argent de façon flexible, nous espérons qu'Instacart va constituer une source additionnelle de revenus», a indiqué Apoorva Mehta.

Les livreurs d'Instacart ne bénéficient pas des mêmes contreparties sociales que des employés sous contrat, mais la société californienne a lancé l'année dernière des programmes incluant certaines assurances. Par ailleurs, en cas de contamination au Covid-19 ou de quarantaine obligatoire, ils sont payés à rester chez eux pendant 14 jours.