Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les marchés asiatiques ont abandonné les gains qu'ils avaient accumulés depuis le début de l'année, suite aux craintes d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.
© NICOLAS ASFOURI

Bourses

La crainte d’une guerre commerciale entre Washington et Pékin contamine les marchés européens

Un mouvement de panique général sur les bourses se répand depuis jeudi sur fond de tensions commerciales venues des Etats-Unis, au lendemain de l’annonce par le président américain, Donald Trump, de nouvelles mesures protectionnistes visant la Chine

Les marchés européens étaient toujours en mode «panique» vendredi matin. L’indice Stoxx Europe 600 a touché son plus bas niveau depuis février 2017, plombé par les secteurs cycliques comme l’automobile. La bourse de Paris cédait 2,04% à l’ouverture, tandis que l’indice Dax allemand reculait de 1,61%. Des niveaux techniques importants ont été touchés, ce qui laisse penser que la faiblesse des marchés pourrait durer. Les matières premières, en particulier les métaux, sont également en baisse. En Suisse, l’indice SMI des valeurs vedettes perdait environ 0,5% peu avant midi vendredi.

Ce mouvement constitue la troisième étape d’une forte baisse des marchés entamée jeudi aux Etats-Unis (où Wall Street a perdu près de 3%) et qui a ensuite contaminé l’Asie, provoquant une chute des indices chinois, japonais ou sud-coréens comprise entre 3 et 5%. Les actions asiatiques ont ainsi effacé leurs gains depuis le début de l’année. Pékin serait intervenu vendredi pour soutenir son marché, selon l’agence Bloomberg.

A ce sujet: Les bourses asiatiques sont sonnées par l’offensive commerciale contre la Chine

Peur pour la croissance mondiale

Les marchés tanguent depuis que Donald Trump a lancé jeudi une offensive commerciale contre la Chine, évoquant des mesures punitives contre des importations chinoises d’un montant pouvant atteindre «60 milliards de dollars». Il accuse le géant asiatique de concurrence déloyale et de vol de propriété intellectuelle. En réaction, la Chine a aussitôt dévoilé une liste de droits de douane qu’elle pourrait imposer sur des importations de produits américains représentant 3 milliards de dollars – dont l’acier et le porc – et elle a assuré «ne pas avoir peur d’une guerre commerciale». La perspective d’un tel conflit fait craindre un ralentissement de la croissance mondiale.

Les annonces américaines s’apparentent de fait pour l’instant davantage à un avertissement qu’à des sanctions immédiates. Le ministre du Commerce, Wilbur Ross, a d’ailleurs expliqué qu’il s’agissait avant tout d’un «prélude à une série de négociations». L’Union européenne a obtenu une exemption temporaire des taxes sur l’acier et l’aluminium, que le président du Conseil européen, Donald Tusk, aimerait voir transformée en exemption définitive, a-t-il annoncé vendredi matin.

Retour de la peur sur les marchés

Sur les marchés de la dette, l’élargissement des spreads sur les obligations des gouvernements du sud de l’Europe traduit l’angoisse des marchés. Le coût des protections contre le risque de défaut sur les obligations d’entreprise a atteint son plus haut niveau depuis avril 2017 en Europe. Aux Etats-Unis, les contrats à terme sur l’indice S&P 500 indiquaient vendredi matin que Wall Street ouvrirait en baisse, alors que l’indice de la volatilité VIX, également appelé «indice de la peur», a dépassé le niveau de 25 pour la première fois depuis le 2 mars.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)