Les bourses ont toutes plongé dans le rouge à l’annonce de chiffres décevants dans le secteur des produits non manufacturés aux Etats-Unis. L’indice ISM des services a reculé de 3,8 points à 52,6 en septembre, son plus bas niveau depuis 2016. Un ralentissement plus important que celui qui était anticipé. L’indice de l’emploi dans le secteur des services a quant à lui atteint son point le plus bas depuis cinq ans.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, ces denrées européennes en première ligne de la guerre commerciale

Mercredi, les bourses européennes avaient déjà clôturé à la baisse à la suite de la publication des indices manufacturiers lundi, également en recul, et de l’annonce d’un renforcement des sanctions américaine dans le cadre de la guerre économique entre les Etats-Unis et l’Europe. L’ISM manufacturier avait même fini en zone de contraction, passant sous la barre symbolique des 50 points, synonyme de décroissance. En Europe aussi, le secteur enregistrait un recul. Ce ralentissement de la première économie mondiale alimente les craintes d’une récession globale.

Lire aussi l'opinion: Une nouvelle guerre commerciale si malvenue

A la clôture ce jeudi, les bourses européennes se sont pour la plupart stabilisées après ces annonces, mais ces variations illustrent bien l’incertitude qui entoure l’économie mondiale. La bourse de Francfort, fermée ce jeudi, avait clôturé fortement à la baisse, à -2,76%, mercredi. Tous les organismes de conjoncture allemands avaient annoncé revoir à la baisse leurs prévisions de croissance pour l’Allemagne à 0,5%, soit trois points de moins que les précédentes estimations.