L’instance de régulation du secteur financier britannique a décidé de placer la banque Credit Suisse sur sa liste des institutions nécessitant une surveillance plus stricte. La Financial Conduct Authority (FCA) craint que la banque helvétique «n’ait pas fait assez pour améliorer sa culture, sa gouvernance et ses contrôles des risques», a révélé dimanche soir le Financial Times.

«De sérieuses préoccupations»

Le média britannique a pu consulter un courrier transmis à la direction de la banque, à la mi-mai, dans lequel le gendarme financier lui demande «des preuves des mesures» mises en place pour prévenir les éventuelles fautes. «Le fait d’être ajouté à la liste de surveillance indique que la FCA a de sérieuses préoccupations», confie au Financial Times une personne bien informée sur le fonctionnement de la liste de surveillance.

Sur les 60 000 institutions observées par la FCA, seule une vingtaine figure sur cette liste de surveillance. Credit Suisse a été ajoutée suite aux différents scandales qui ont éclaté ces vingt-quatre derniers mois.

Parcourir notre grand format: Comment Credit Suisse a perdu le contrôle

Ils «ont mis en évidence la faiblesse des contrôles des risques, contraint la banque à émettre une série d’avertissements sur les bénéfices et fait chuter le cours de son action», rappelle le quotidien financier.

Contacté par le Financial Times, l’établissement bancaire suisse déclare: «Nous ne faisons pas de commentaires sur nos discussions avec les régulateurs, et il ne serait pas approprié pour nous de le faire. Comme nous l’avons déjà souligné, nous sommes maintenant bien avancés dans l’exécution du plan visant à renforcer nos activités et notre culture du risque.»

Lire aussi: Avant l’assemblée générale de Credit Suisse, quatre sujets qui fâchent