Ce ne sont pas tant les résultats qui ont focalisé l’attention. Certes, Credit Suisse a enregistré une perte avant impôts de 428 millions de francs au premier trimestre, mais c’était attendu. La banque avait prévenu la semaine dernière que les chiffres seraient à nouveau rouges, en raison de provisions pour litiges juridiques et de pertes de crédit lié à la guerre en Ukraine.