Les investissements dans les infrastructures ont le vent en poupe. Credit Suisse a annoncé mercredi dans un communiqué la création d'une coentreprise avec General Electric (GE), deuxième plus grande capitalisation boursière derrière Exxon Mobil. «Le partenariat devrait être effectif d'ici deux à trois mois. Une équipe de managers sera prochainement formée», précise Suzanne Fleming, porte-parole de Credit Suisse.

La deuxième banque helvétique et GE investiront chacun 500 millions de dollars (608 millions de francs) dans des autoroutes à péage, des pipelines de gaz, des aéroports et autres infrastructures. «Nous sommes ravis de ce partenariat avec GE. Il existe de réelles opportunités d'investissements dans cette classe d'actifs attractive», relève Brian Finn, responsable des investissements alternatifs de Credit Suisse, dans un communiqué.

Les opportunités d'investissements se trouvent principalement dans les marchés émergents. «Entre 50% et 70% des investissements seront effectués dans ces régions», précise Suzanne Fleming.

Le marché des infrastructures est estimé à 1500 milliards de dollars dans les cinq ans à venir, dont 1000 milliards dans les pays émergents. La banque australienne Macquarie fut la première à créer des fonds investissant dans les infrastructures. Aujourd'hui, de nombreuses banques ont suivi le mouvement, parmi lesquelles Goldman Sachs et JP Morgan Chase.