BANQUE

Credit Suisse Group reprend Banco Garantia pour 1 milliard de francs

La principale banque d'affaires du Brésil, dont la valeur comptable est estiméeà 400 millions de francs, sera intégrée au sein du Credit Suisse First Boston (CSFB)

La nouvelle tant attendue est devenue officielle. Le Credit Suisse Group (CSG) reprend Banco Garantia, la principale banque d'affaires du Brésil, pour 675 millions de dollars (environ 1 milliard de francs suisses). Avec ses quelque 320 collaborateurs, la banque brésilienne sera intégrée dans Credit Suisse First Boston (CSFB), la division banque d'affaires du groupe, et poursuivra ses activités sous la raison sociale CSFB Garantia.

«Banco Garantia offre au Credit Suisse Group une occasion unique de développer encore sa position en Amérique latine. Cette transaction permet également au Credit Suisse First Boston d'affermir sa position dans l'investment banking à l'échelle mondiale», a commenté – visiblement satisfait – Lukas Mühlemann, patron du CSG, mercredi à Zurich devant la presse.

Allen Wheat, numéro un du CSFB, est convaincu «que la nouvelle CSFB Garantia deviendra un élément moteur dans l'investment banking au Brésil et dans le reste de l'Amérique latine». Ce dernier d'ajouter: «Grâce à cette acquisition, CSFB dispose désormais d'une forte présence dans tous les marchés émergents importants du monde.» L'année dernière, le CSG s'était en effet renforcé en Asie en reprenant à la banque britannique Barclays les activités de banque d'affaires de sa filiale BZW dans cette région.

La banque brésilienne, dont la valeur comptable se situe à 400 millions de dollars – soit respectivement 2% et 5% des capitaux propres du CSG et du CSFB – est une société non cotée avec une somme de bilan à fin 1997 atteignant 5 milliards de dollars. Les actionnaires de l'établissement bancaire recevront 200 millions de dollars en espèces et 475 millions de dollars en actions du CSG. Le contrat prévoit, en outre, des versements liés aux résultats en faveur des associés et collaborateurs importants. Sous réserve de l'autorisation des autorités de surveillance, la transaction prendra effet à la fin du mois de juillet.

Il y a un peu plus d'un mois la presse économique anglo-saxonne avait révélé que tant Goldman Sachs que Morgan Stanley Dean Witter avaient également mené des négociations avec Banco Garantia. En effet, la banque brésilienne s'est illustrée l'année dernière en raison de lourdes pertes enregistrées dans les affaires de négoce liées à la crise en Asie du Sud-Est.

Marché prometteur

Il n'en demeure pas moins que la vague de privatisations qui touche le Brésil depuis quelques années est un marché jugé prometteur par Jorge Paulo Lemann, fondateur en 1971 de Banco Garantia et actuel président du conseil d'administration. Dieter Buchholz, de la banque Hottinger & Cie, l'a confirmé auprès de l'agence Bloomberg. Selon ce dernier, «la transaction s'inscrit dans la logique de la libéralisation du marché qui est en train de s'opérer en Amérique latine. Aujourd'hui la privatisation de Telebras est en cours, mais d'autres sont à prévoir». Selon Jorge Paulo Lemann, le volume des privatisations aux Brésil pourra atteindre 80 milliards de dollars dans les années à venir, contre 35 milliards ces dernières années.

Reste qu'à l'exception de deux personnes, tous les associés continueront d'assumer leurs responsabilités actuelles et joueront un rôle clé dans le futur développement de la banque. Jorge Paulo Lemann déposera son mandat au moment où la transaction prendra effet. Il restera à disposition de l'établissement bancaire en tant que consultant.

Quant à lui, Claudio Haddad, président de la direction, se retirera des affaires. A ce jour, près de 90% des employés ont accepté de travailler pour la nouvelle entité. Par ailleurs, la représentation de CSFB à Sao Paulo, forte de 40 employés, sera entièrement intégrée dans CSFB Garantia.

Publicité