Banque

Credit Suisse: l’actionnaire activiste continue sa campagne

Rudolf Bohli, l’investisseur qui veut démembrer la banque, a rencontré son patron Tidjane Thiam. Ils auraient surtout discuté réduction de coûts et technologie

La saga Rudolf Bohli-Credit Suisse continue. Le financier zurichois, qui veut démembrer la deuxième banque suisse, a rendu visite à Tidjane Thiam, son directeur général. Des discussions qui se sont tenues à Zurich et qui ont porté sur la réduction des effectifs que recommande le fondateur du hedge fund RBR Capital Advisors, et une plus grande utilisation de la technologie, selon des sources proches citées par le Financial Times (FT).

Voulant se montrer conciliant, Rudolf Bohli aurait dit ne pas vouloir servir d’aimant pour d’autres actionnaires activistes. Il aurait aussi modéré ses demandes de séparer la banque en trois entités (gestion de fortune, gestion d’actifs et banque d’investissement), un plan qui permettrait de doubler la valeur boursière de l’établissement de 20 milliards à 40 milliards de francs, avait-il avancé au début de son offensive en octobre.

Lire aussi: Scinder Credit Suisse? Personne n’y croit vraiment

Credit Suisse ne commente pas, mais admet que les deux hommes se sont parlé et évoque une rencontre «cordiale». La banque dit être ouverte aux points de vue de ses actionnaires. Mais, «nos récents résultats au troisième trimestre démontrent que notre stratégie fonctionne bien et nous restons concentrés sur la mise en œuvre de notre plan».

Fonds souverain en embuscade

De juillet à septembre, la banque a enregistré un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 244 millions de francs, contre 41 millions un an auparavant. L’action avait bondi de 5% à la suite de ces résultats. Les réductions des coûts sont également en bonne voie, selon l’établissement, qui pense pouvoir battre son objectif de garder ses dépenses en dessous de 18,5 milliards cette année, contre 20,9 milliards en 2015.

De son côté, Rudolf Bohli continue d’essayer de convaincre des investisseurs de se rallier à ses idées. Il expliquait à il y a une dizaine de jours à la Tribune de Genève/24 heures que «de petits investisseurs envisagent de se joindre à nous» et que le projet de son fonds de porter sa participation à 900 millions de francs progresse. RBR Capital Advisors a investi près de la moitié de ses 250 millions de francs sous gestion et détient 0,2% du capital de Credit Suisse.

Il ne s’intéresse pas qu’aux petits investisseurs: il cherche également à faire intervenir un gros acteur pour injecter du capital et lancer un programme pour accélérer une réduction de coûts. Selon le FT, un fonds souverain attendrait en embuscade.

Lire aussi: Les populistes de la finance

Publicité