Banque

Credit Suisse promet de verser la moitié de son bénéfice à ses actionnaires

Le directeur général, Tidjane Thiam a confirmé les objectifs de la banque et précisé les plans de réduction des coûts lors de la journée des investisseurs. L’action a gagné jusqu’à 4% en cours de séance

D’entrée, Tidjane Thiam a promis une journée des investisseurs peu habituelle, «avec des surprises» et sans noyer son auditoire sous les projections PowerPoint. Ouvrant la séance qui se tenait jeudi à Londres, le patron de Credit Suisse devait renseigner les actionnaires sur la marche des affaires et l’avancée du plan de restructuration de la banque. «J’ai l’habitude de dire que beaucoup de choses ont été faites dans le monde avant l’apparition des slides, des pyramides à la tour Eiffel, donc nous devons pouvoir nous en passer», a-t-il avancé.

Même s’il y en aura quand même quelques-unes, a-t-il concédé, avant de dérouler sa présentation PowerPoint de plusieurs dizaines de diapos pour confirmer la stratégie et les objectifs que la banque s’était fixés pour la période 2015-2018. Le tout «fonctionne», a affirmé Tidjane Thiam. «Nous avons produit une croissance bénéficiaire, réduit le risque dans nos activités de courtage et renforcé la compliance et les contrôles dans le groupe.»

Hausse de l’action

La compression des coûts, en particulier, va continuer au rythme que le responsable avait décidé. Voire un peu plus rapidement: cette année, la base de coûts devrait atteindre 18 milliards de francs, contre 18,5 prévus initialement. L’an prochain, elle atteindra 17 milliards de francs au maximum, comme prévu. En 2019 et 2020, les frais devraient être compris entre 16,5 et 17 milliards, a-t-il annoncé pour la première fois.

Cette année, la banque estime réaliser des économies d’un peu plus de 4 milliards, qui s’expliquent par la fermeture de certains bureaux, dont Monaco ou Gibraltar, et la baisse des rémunérations. En outre, la technologie devra aider à maintenir les frais à un niveau plus bas les prochaines années, a poursuivi Tidjane Thiam.

Actionnaires souffrants

Dans une note, les analystes de la banque Morgan Stanley estiment que «les objectifs de Credit Suisse restent ambitieux à la suite de la mise en œuvre du plan stratégique». Surtout, et c’est ce qui a focalisé l’attention des investisseurs et du marché, la banque a l’intention d’augmenter la rémunération de ses actionnaires en leur reversant 50% du bénéfice net sous forme de rachats d’actions et de dividendes spéciaux en 2019 et 2020. De quoi faire décoller l’action, qui a gagné jusqu’à 4% en cours de journée.

Un point d’autant plus central que les actionnaires se sont régulièrement plaints de la performance mitigée de l’action. Depuis le début de l’année, elle a progressé de 19%. Mais en dix ans, son évolution reste négative (–73%). Dans une interview cette semaine à Bloomberg, Tidjane Thiam avait concédé être «douloureusement conscient» de la période difficile qu’avaient affrontés les actionnaires de la deuxième banque suisse. «En générant plus de bénéfice, le but est de rendre du capital aux actionnaires», a-t-il expliqué.

Place aux robots

Les analystes de la banque Morgan Stanley ont en outre souligné les «progrès de l’automatisation et les plans à venir: Credit Suisse prévoit de mettre en place davantage de robots et d’augmenter la part des systèmes opérant dans le cloud [informatique en nuage] d’ici à 2020. A partir de 2019, Credit Suisse parle de gains de productivité de 600 à 800 millions de francs à réinvestir dans l’engagement de gérants de fortune et dans la transformation technologique.»

En revanche, pas un mot n’a été prononcé – du moins dans la partie de la journée accessible à la presse – sur Rudolf Bohli, l’investisseur zurichois qui milite depuis octobre pour un démembrement de la banque. Alors que le Financial Times assurait en début de semaine que le fondateur de RBR Capital Advisors avait rallié un investisseur saoudien à sa cause et, surtout, à sa participation, actuellement de 0,2% dans le capital de Credit Suisse.

Lire aussi: Scinder Credit Suisse? Personne n’y croit vraiment

Publicité