La deuxième banque helvétique Credit Suisse va supprimer environ 4% de son effectif mondial, soit quelque 2000 postes, après avoir vu son bénéfice net chuter de moitié au deuxième trimestre, a-t-elle annoncé jeudi.

Le profit net du groupe est ressorti à 768 millions de francs suisses entre avril et juin, en baisse de 52%, après un résultat positif de 1,6 milliard de francs suisses un an plus tôt, a précisé l’établissement dans un communiqué.

Le produit net bancaire a également reculé de 25% à 6,3 milliards de francs suisses, tandis que les entrées nettes d’argent se sont établies à 14,3 milliards, en retrait de 1,4% sur un an.

Ces chiffres sont nettement inférieurs aux prévisions des analystes interrogés par l’agence financière AWP, qui tablaient sur un bénéfice net de 1 milliard et des afflux de capitaux frais de 16,3 milliards.

Face à ces difficultés, la banque, qui emploie 50 700 personnes dans le monde, a annoncé qu’elle allait économiser 1 milliard de francs suisses et supprimer environ 4% de ses effectifs, soit quelque 2000 emplois.

Ce programme va engendrer des coûts de 400 à 450 millions de francs suisses, dont 142 millions ont déjà été comptabilisés au deuxième trimestre.

«Afin de pouvoir garantir des rendements attrayants face à un environnement économique et de marché incertain et difficile, nous continuons à être proactifs dans la recherche d’efficiences en termes de coûts dans l’ensemble de la banque», a indiqué le directeur général, Brady Dougan, cité dans le communiqué.

«Nous prenons des mesures pour adapter la base des coûts de nos affaires et notre plate-forme nous fournira un potentiel de hausse substantiel dont nous tirerons parti lorsque les conditions économiques et de marché s’amélioreront», a-t-il ajouté.

Contacté par l’ats, le porte-parole de la banque, Marc Dosch, a indiqué que Credit Suisse ne prévoyait pas de licenciements en Suisse, le personnel concerné par la restructuration pouvant bénéficier d’un programme interne de recherche d’emploi et de formation s’étendant sur plusieurs mois.

Par ailleurs, une partie des collaborateurs touchés par les mesures de réduction de coûts pourra aussi retrouver un emploi à l’interne en fonction des fluctuations naturelles, a poursuivi Marc Dosch. Dans le cadre d’une conférence téléphonique, le chef des finances de Credit Suisse, David Mathers, a indiqué que les mesures d’économies se focaliseront pour l’essentiel sur la banque d’affaires.