Le problème dans la culture du risque de Credit Suisse ne lui avait pas échappé. C’est en tout cas ce qu’a affirmé son ancien patron Tidjane Thiam, lors d’une conférence organisée par le Financial Times mardi. Il assure avoir même essayé de le régler, rappelant qu’il avait appelé à un «changement de culture» en 2016, un an après son entrée en fonction à la tête de la banque suisse, et alors que cette dernière annonçait une dépréciation d’actifs. Des traders avaient caché des positions illiquides, avait-il expliqué, avant que le pot aux roses soit découvert.