Banque

Credit Suisse veut récompenser ses actionnaires

La banque est arrivée au bout de sa stratégie de redressement sur trois ans. Elle va augmenter son dividende et lancer deux programmes de rachats d’actions jusqu’à hauteur de 3 milliards de francs

Il n’est pas facile de contenter ses actionnaires. Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse, en fait régulièrement l’expérience. Comme ce mercredi, avec l’annonce d’un geste dans un communiqué diffusé peu avant le début de sa journée des investisseurs. Des rachats d’actions et une augmentation du dividende, qui ont d’abord laissé la bourse de marbre. Ce n’est qu’en début d’après-midi que l’action décollait finalement.

Il faut dire que les rumeurs avaient largement cassé l’effet de surprise et stimulé les attentes, plutôt que l’inverse. Depuis le week-end dernier, plusieurs médias avaient annoncé un cadeau à venir pour les investisseurs de la banque, à hauteur d’environ 3 milliards de francs. Et c’est finalement à peu près ce qu’a annoncé Credit Suisse.

Trop tôt pour connaître le montant

La banque s’apprête ainsi à lancer deux programmes de rachats d’actions, l’un en 2019 et le suivant en 2020. Ce genre d’opération consiste à réduire le nombre d’actions en circulation et ainsi à soutenir le cours du titre. Le premier serait d’au moins 1 milliard de francs et pourrait atteindre jusqu’à 1,5 milliard «selon les conditions du marché et de l’environnement économique». Le second devrait être du même acabit.

Credit Suisse, comme UBS, veut consacrer 50% de son bénéfice net à ses actionnaires. Il promet donc une hausse du dividende d’au moins 5% à partir de 2019. Il est encore trop tôt pour connaître le prochain montant qui sera distribué, il faut attendre le bouclement des résultats de l’année en cours. Cette année, la banque a versé un dividende de 0,25 franc sur ses résultats 2017, mais il s’était élevé à 0,70 franc les quatre années précédentes.

Situation stable

«De façon générale, le message est optimiste et confiant, estime Tomasz Grzelak, analyste chez Baader Helvea, qui pense que les actionnaires seront satisfaits, pour le moment. Selon ses calculs, «le rachat d’actions correspond à environ 10% des actions au prix actuel et le rendement total pour les actionnaires pourrait être au-dessus de 5% en 2019». Dans ces circonstances, «l’action semble bon marché», juge-t-il.

Lire aussi: La transformation de Credit Suisse porte ses fruits

Ce geste peut être considéré comme une récompense. Il faut dire que les investisseurs ont souffert ces dernières années. Depuis janvier, le titre a perdu plus d’un tiers de sa valeur. Sur cinq ans, il en a même perdu plus de la moitié, en raison notamment de hausses de capital et de doutes sur la stratégie à l’œuvre chez le numéro deux bancaire suisse.

Chiffres 2018 en hausse

Désormais, ces annonces sont aussi le signe que «la situation est désormais stable au sein de la banque, que les fonds propres ont été suffisamment renforcés et qu’elle peut se permettre de redistribuer», considère Pierre-François Donzé, gérant de portefeuilles chez Bonhôte. Signe aussi que, après trois ans de redressement de la banque, Credit Suisse pourra peut-être dès l’an prochain récolter les fruits de sa stratégie, poursuit-il. Même si, prévient encore l’expert, comme l’ensemble du secteur, elle doit encore affronter une situation difficile avec des taux toujours bas, des marges qui rétrécissent et un risque de ralentissement mondial.

La banque a également donné quelques informations sur sa marche des affaires. Sur l’ensemble de l’année 2018, le bénéfice avant impôts devrait atteindre entre 3,2 et 3,4 milliards (contre une perte en 2017, en raison de la réforme fiscale américaine).

Publicité