Après Southwest, American Airlines. La compagnie américaine a annoncé lundi avoir trouvé un accord avec Boeing sur le montant des indemnisations que doit lui verser l'avionneur afin de compenser le manque à gagner subi du fait de l'immobilisation du 737 MAX depuis mars 2019.

Lire aussi: Boeing, une chute qui n’en finit plus

Americain Airlines exploitait 24 avions 737 MAX avant leur interdiction de vol suite aux accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines ayant fait 346 morts au total. Sans préciser le montant ou la nature des indemnisations obtenues de Boeing, la première compagnie aérienne américaine a indiqué qu'elle allait distribuer 30 millions de dollars (26,8 millions d'euros) à ses salariés dans le cadre du programme interne de répartition des bénéfices.

Des centaines de milliers de vols annulés

«En dépit des difficultés continues causées par l'immobilisation au sol (du MAX), les salariés d'American Airlines continuent à s'occuper de façon admirable de nos clients», a justifié le PDG Doug Parker, cité dans un communiqué. C'est pourtant moins que sa compatriote et rivale Southwest, qui a annoncé mi-décembre distribuer 125 millions de dollars (111,7 millions d'euros) à ses salariés après un accord avec Boeing.

Les services des relations-clients des compagnies aériennes sont mis à rude épreuve et assaillis d'appels de passagers ne voulant pas embarquer sur cet avion, ont indiqué récemment plusieurs dirigeants. Les compagnies ont dû annuler des centaines de milliers de vols en neuf mois et ne savent toujours pas quand elles devraient remettre le MAX dans leurs plans de vols.

5,6 milliards de dollars prévus pour les compensations

Boeing avait inscrit dans ses comptes en juillet une charge de 5,6 milliards de dollars (5 milliards d'euros) pour les compensations prévues aux compagnies aériennes qui ont dû remplacer le MAX par d'autres modèles. Cela peut prendre différentes formes: une indemnité financière, des services de maintenance, des ristournes sur de futurs achats d'avions, échanges de nouveaux modèles, etc.

Lire aussi: Boeing suspend la production du 737 MAX dès janvier 2020

Le constructeur américain a par ailleurs commencé à affecter à d'autres sites une partie des 3000 employés touchés par la suspension de la production de cet avion vedette, selon un courrier interne consulté par l'Agence France Presse (AFP). Ses salariés touchés par la suspension de la production du MAX, prévue à partir de mi-janvier, sur le site de production de Renton, près de Seattle (ouest), seront ainsi affectés à d'autres programmes (767, 777/777X) ou à d'autres tâches mais toujours dans la même région.