Les Suisses semblent avoir été un peu plus attirés par Coop que par Migros depuis le début de la pandémie. Si l’on en croit la progression du chiffre d’affaires des supermarchés du premier, publié mardi matin – 14,3% à 12 milliards de francs –, elle est deux fois supérieure à celle du second – 7,4% à 12,5 milliards – permettant ainsi un jeu égal entre les deux géants orange.

Par comparaison, en 2019, l’écart était encore de 1 milliard entre les deux leaders du marché en Suisse. Les ventes des supermarchés de Coop s’élevaient à 10,5 milliards, contre 11,6 milliards pour Migros. Dans les deux cas, les clients se sont davantage intéressés aux produits bios et locaux.

Progression totale supérieure chez Migros

Voilà pour les magasins physiques. En ligne, la situation est plus mitigée. Les ventes de Coop.ch ont progressé de 45,5% à 232 millions, là aussi l’écart se resserre puisque Migros Online a crû de 40% à 266 millions. Hors de l’alimentaire, le second domine toujours largement: Coop a réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 milliards sur internet, dont 800 millions proviennent de ses plateformes de vente d’électronique, qui ont vu une hausse de 33%. De son côté, Migros s’approche de 3 milliards sur le canal numérique, dont plus de la moitié réalisée par sa filiale Digitec Galaxus, elle-même se targuant d’un bond de 56,4% l’an dernier.

Lire aussi: Katrin Tschannen, de Migros Online: «Nos centres tournent jour et nuit»

C’est d’ailleurs un domaine dans lequel Coop espère progresser: «Dans le secteur non-alimentaire, il y a deux ou trois domaines pour lesquels je souhaite appuyer sur l’accélérateur», a annoncé Joos Sutter, cité par AWP. Microspot, notamment, a besoin encore de temps avant de s’imposer auprès du public, d’après le responsable qui va céder sa place à Philipp Wyss en mai prochain.

Lire aussi: Revirement de Migros, qui indemnisera le chômage partiel

Ce qui est vrai pour ces deux canaux ne l’est pas forcément sur le tableau global. Au total, les résultats de Coop sont stables, affichant une légère baisse de 0,2% à 30,2 milliards. Migros, en revanche, affiche une progression de 4%, à 29,82 milliards. Côté bénéfice, pas de comparaison possible. Si celui du groupe bâlois est en légère hausse de 1,5% à 539 millions de francs, le Zurichois n’a pas encore publié le sien. Il est attendu pour fin mars, de même que les comptes plus détaillés. Coop compte 1333 employés de plus que l’année précédente pour un total de 90 825 collaborateurs. Le chiffre mis à jour pour Migros n’est pas encore connu.

C’est dans la production et le commerce de gros que Coop a reculé: -8% à 12,6 milliards. De même, Transgourmet a vu une baisse de ses recettes de 16,5% à 8,1 milliards. Chez Migros, les perdants sont Hotelplan ainsi que la restauration. Le segment Industries a mieux résisté avec un chiffre d’affaires en hausse de 1,8% à près de 6 milliards.

Lire aussi: Migros et Coop, des frères ennemis presque jumeaux


Dernier bilan pour Joos Sutter

Mardi, Joos Sutter présentait les résultats annuels de Coop pour la dernière fois en tant que président de la direction générale. Il ne va pas très loin: l’économiste et expert-comptable de 56 ans est proposé comme président du conseil d’administration. L’assemblée générale, qui se tiendra en avril, devra ainsi voter pour le remplaçant de Hansueli Loosli qui aura officié pendant 10 ans à cette fonction.

C’est Philipp Wyss qui remplacera Joos Sutter à la manœuvre du géant orange. Actuel vice-président de la direction générale, il est aussi responsable du marketing et des achats. A 54 ans, ce nouveau responsable est un pur produit Coop. Après un apprentissage d’employé de commerce et une formation de boucher, il commence dans les produits frais, en 1997, un secteur qu’il dirigera à partir de 2004, puis continue à grimper les échelons du distributeur.