Marchés

La crise du secteur technologique touche la Suisse

Les actions de STMicroelectronics et d’AMS souffraient mardi, alors que le Nasdaq ouvrait en hausse

La tempête sur le secteur technologique se poursuivait mardi en Europe, après avoir touché les Etats-Unis la veille. Plusieurs valeurs étaient en recul sur le Vieux-Continent, dont STMicroelectronics (basée à Genève et cotée à Euronext) et AMS (cotée à la bourse suisse). De son côté, le Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques à la bourse américaine, progressait de 0,7% à l’ouverture mardi, avant de s’enfoncer dans le rouge. Lundi, cet indice avait perdu 2,74%.

Lire aussi: Avec sa cotation à New York, Spotify entre dans la cour des grands

Les ingrédients de cette crise sont multiples. Amazon souffre de plusieurs tweets de Donald Trump menaçant de le réguler. Facebook fait face, suite à l’affaire des données utilisées par Cambridge Analytica, à des menaces plus concrètes encore de régulation. Et Intel souffre des informations de presse selon lesquelles Apple prévoirait d’utiliser à partir de 2020 ses propres composants dans les ordinateurs Mac, et non plus ceux du numéro un mondial des microprocesseurs.

Incertitude liée à Apple et à la Chine

Dans ce contexte, deux entreprises liées à la Suisse et en partie dépendantes d’Apple souffraient mardi. Ainsi, STMicroelectronics, basée à Plan-les-Ouates (GE), perdait 3,4% dans l’après-midi. Le fabricant de semi-conducteurs, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 8,4 milliards de dollars l’an dernier, est secoué par l’annonce de la marque à la pomme selon laquelle elle allait être moins dépendante de fabricants tiers. Tout comme la société autrichienne AMS, spécialisée dans les capteurs et cotée à la bourse suisse, qui perdait plus de 2% mardi.

«La vente des valeurs technologiques américaines a d’abord été causée par l’incertitude liée à une potentielle guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, estime Neil Campling, analyste chez Mirabaud Securities. Cette incertitude a continué mardi et des fournisseurs européens d’électronique importants ne sont pas immunisés face à ce manque de sécurité. Apple est le premier client tant de STMicroelectronics que d’AMS, et la Chine, en conflit potentiel avec les Etats-Unis, est un marché clé pour la première, car elle y a réalisé 61% de son chiffre d’affaires en 2017. De son côté, AMS a engrangé 47% de ses revenus en Asie l’an dernier.»

Prises de bénéfice

Selon l’analyste, il faut également placer les turbulences actuelles dans un contexte plus global. «Il ne faut pas l’oublier, les investisseurs engrangent leurs bénéfices pour des valeurs technologiques qui ont fortement progressé. En deux ans, depuis mars 2016, l’index NY Fang [ndlr: qui regroupe Apple, Alphabet, Amazon, Facebook, etc.] a progressé de 190%. Et AMS a progressé de 265% jusqu’au plus haut de mars 2018, alors que STMicroelectronics a vu sa valeur augmenter de 315% jusqu’au mois dernier.»

Publicité