conjoncture

La croissance a bel et bien fléchi au deuxième trimestre

Les investissements dans la construction et pour les équipements baissent. Hôtellerie et finance sont épargnées par le tassement

La conjoncture helvétique a bel et bien essuyé un ralentissement au deuxième trimestre 2019, affichant néanmoins une croissance de 0,3% contre encore 0,4% au premier. Ce dernier chiffre a été revu à la baisse de 20 points de base par rapport à la première estimation, souligne jeudi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son compte-rendu périodique.

La demande s'est montrée timide, tant sur le marché indigène qu'à l'étranger. Les économistes consultés par AWP articulaient une fourchette de 0,0% à +0,4%.

En décembre 2018: Le Seco revoit à la baisse ses prévisions de croissance

Baisse des investissements d'équipement

La consommation privée s'est enrobée de 0,1% et celle des administrations publiques de 0,1%. Les investissements dans la construction par contre se sont érodés de 0,1%, freinant à 0,1% la croissance de la valeur ajoutée afférente. Les investissements dans les biens d'équipement se sont effrités de 1,0%.

L'hôtellerie et la finance s'en sortent bien

Les exportations de services ont décru de 0,2%, après un premier trimestre pourtant positif. La valeur ajoutée du commerce a poursuivi sur le chemin du repli, avec un recul de 0,3%. L'Hôtellerie-restauration (+2,6%) par contre, ainsi que le secteur financier (+0,7%) se sont bien portés.

Le secteur secondaire suisse a affiché une résistance supérieure à celle d'autres pays européens. La valeur ajoutée dans l'industrie manufacturière a ainsi progressé de 1,3%, portée par la chimie et la pharmacie notamment. Les exportations de marchandises se sont toutefois affaissées de 0,8% dans l'ensemble. Les importations, marchandises et services confondus, ont fondu de 0,6%.

Lire aussi: Eric Scheidegger, du Seco: «Un simple refroidissement conjoncturel n'est pas encore un drame»

Publicité