La Chine a annoncé, jeudi, un tassement de sa croissance économique au deuxième trimestre (+7,9% sur un an), du fait notamment de la consommation intérieure qui tarde à se remettre de l'épidémie de covid-19.

Au premier trimestre 2021, le produit intérieur brut (PIB) du pays avait enregistré une hausse de 18,3% sur un an, du fait de la faible base de comparaison avec le début 2020, quand l'activité était paralysée par l'épidémie. Ce ralentissement du PIB de la Chine était largement anticipé. Un groupe d'analystes sondés par l'Agence France Presse (AFP) tablait sur une décélération plus prononcée (7,7%).

Lire aussi: La Chine connaît une croissance record au premier trimestre 2021

L'an dernier à la même période, le PIB de la Chine avait connu un rebond de 3,2% sur un an au deuxième trimestre, après un effondrement historique pour cause de pandémie début 2020 (-6,8%). Par rapport au premier trimestre 2021 - base de comparaison plus réaliste - l'évolution du PIB est en hausse de 1,3%.

Des incertitudes persistent

Désormais quasi débarrassée de la maladie, la Chine a été le premier pays à retrouver dès la fin 2020 un niveau d'activité pré-pandémie.

Au deuxième trimestre, l'économie chinoise a poursuivi son «redressement», a commenté le Bureau national des statistiques (BNS), mettant toutefois en garde contre «de nombreuses incertitudes externes». En cause notamment: l'apparition au printemps d'un foyer de Covid-19 qui a particulièrement pesé sur l'activité dans le Guangdong (sud), une province très peuplée où de nombreuses usines sont implantées. Le quart des exportations chinoises partent de cette province.

Une hausse de 8,4% du PIB chinois anticipée

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB de la Chine est toujours scruté de près compte tenu du poids du pays dans l'économie mondiale.

De son côté, la production industrielle chinoise s'est tassée en juin (+8,3% sur un an), contre 8,8% un mois plus tôt. De même que les ventes de détail, principal indicateur de la consommation: +12,1% sur un an contre 12,4% en mai. Le taux de chômage - calculé pour les seuls urbains - s'est affiché en juin à 5%, après un record absolu de 6,2% en février 2020, au plus fort de l'épidémie.

Sur le sujet: Chine: la plus forte hausse des prix à la production depuis fin 2008

Le Fonds monétaire international (FMI) table cette année sur une hausse de 8,4% du PIB de la seconde économie mondiale.