Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les ventes de l'iPhone ont représenté plus de 56% du chiffre total du groupe./AFP /Piero CRUCIATTI
© PIERO CRUCIATTI

états-Unis

La croissance d’Apple portée par le prix des iPhone

Bien que les ventes de ses smartphones aient été, en volume, un peu en dessous des anticipations, le groupe à la pomme a fait largement plus que compenser cette baisse grâce à une augmentation des prix 

Apple, qui se rapproche du seuil symbolique des 1000 milliards de capitalisation boursière, a publié mardi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, aidé notamment par une nette hausse du prix de vente des iPhone dont il est toujours très dépendant financièrement.

Bien que les ventes de ses smartphones se soient révélées, en volume, un peu en dessous des anticipations, avec 41,3 millions d’unités écoulées (+1%), Apple a fait largement plus que compenser cette baisse grâce à une augmentation des prix. Le chiffre d’affaires de ce segment a ainsi bondi de 20% pour atteindre près de 30 milliards de dollars. Cela est notamment dû à la sortie en 2017 de l’iPhone 8 et surtout de l’iPhone X, dont le prix démarre aux Etats-Unis à près de 1000 dollars (855 euros).

Lire aussi: Solides résultats pour Apple malgré des ventes d’iPhone décevantes

Cette publication permettait au titre d’avancer de 4,03% à 197,95 dollars dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street vers 4h20 mercredi (heure suisse), à environ une dizaine de dollars du niveau requis pour atteindre les 1000 milliards en bourse. Apple, qui a fini la séance officielle avec une capitalisation de 935,3 milliards de dollars, deviendrait la première entreprise privée à franchir ce cap.

Pas de crainte de répercussions de la guerre commerciale

Les marchés étaient attentifs à tout signe de faiblesse, que ce soit à propos des iPhone ou de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, dont la firme de Cupertino (ouest) est très dépendante.

Outre un chiffre d’affaires de plus de 9,5 milliards de dollars (8,1 milliards d’euros) réalisé dans ce pays (+19% sur un an), Apple y fait assembler la plupart de ses appareils. Interrogé par des analystes, le patron, Tim Cook, s’est voulu rassurant, notant en particulier que ses produits étaient épargnés par les nouvelles taxes douanières.

La crainte est que ces tarifs «apparaissent comme des taxes sur le consommateur» et «aboutissent à un ralentissement économique», a indiqué Tim Cook. «Ceci étant dit, nous sommes optimistes sur le fait que cela se règle. Il y a une interdépendance entre les Etats-Unis et la Chine, impossible d’y échapper et elle [leur] sert aussi à se rapprocher: l’un ne prospère que si l’autre [prospère] aussi.»

Lire aussi: Une menace de 200 milliards de taxes: Donald Trump accentue la pression sur la Chine

Dépendance financière de l’iPhone

Avec ces résultats, «Apple a enfin fourni aux marchés et aux investisseurs de la «tech» de bonnes nouvelles», a commenté l’analyste Daniel Ives de GBH Insights, notant aussi des prévisions meilleures qu’anticipées jusqu’ici par les marchés, Apple prévoyant notamment un chiffre d’affaires situé entre 60 et 62 milliards de dollars pour le quatrième trimestre, le dernier de son exercice décalé.

Le secteur technologique a été malmené en bourse ces derniers jours, dans le sillage des résultats décevants de Facebook puis de Twitter publiés la semaine dernière, avant de se reprendre mardi.

Tim Cook a évoqué pour son groupe le «meilleur troisième trimestre» de son histoire, aidé par de «solides ventes d’iPhone, des services» et des «produits autres» que les iPhone, iPad et ordinateurs, à savoir notamment les écouteurs, le boîtier Apple TV, l’enceinte connectée HomePod ou la montre Apple Watch, qui ont rapporté 3,74 milliards de dollars de chiffre d’affaires (+37%). Les «services» (iTunes Store, Apple Music, Apple Pay…) ont enregistré une progression de 31%, à 9,6 milliards de dollars.

Les résultats d’Apple ont toutefois montré une nouvelle fois combien le groupe dépendait encore financièrement de l’iPhone, qui a encore représenté plus de 56% du chiffre total du groupe. Apple devrait dévoiler le nouveau-né de la gamme à la rentrée.

Huawei en tête des ventes

Selon une étude du cabinet spécialisé IDC parue mardi, le fabricant chinois Huawei a vendu plus de smartphones qu’Apple en avril-mai-juin, lui prenant ainsi la deuxième place du podium, dans un marché en léger repli, largement saturé.

Lire aussi: Le marché du smartphone va repartir à la hausse

Sur ces trois mois, Samsung a vendu 71,5 millions de téléphones, soit une part de marché de 20,9%, suivi par Huawei avec 54,2 millions d’unités et une part de marché de 15,8%, devançant désormais Apple et ses 41,3 millions d’iPhone vendus, pour une part de marché de 12,1%, selon les calculs d’International Data Corporation.

Sur cette période, le bénéfice net total d’Apple a progressé de plus de 30% à 11,5 milliards de dollars. Rapporté par action, référence en Amérique du Nord, le bénéfice ressort à 2,34 dollars, davantage que prévu. Le chiffre d’affaires est également meilleur qu’anticipé, à 53,27 milliards de dollars (+17%).

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)