L’Allemagne, faisant fi de la crise économique qui continue de frapper nombre de ses voisins, a enregistré une croissance record en 2010 avec +3,6%, un chiffre jamais vu depuis la Réunification du pays.

Le précédent record datait de 2006 avec une croissance de 3,4% du Produit intérieur brut (PIB), selon les chiffres publiés mercredi par l’office des statistiques Destatis, à Wiesbaden.

»Notre croissance est deux fois plus élevée que la moyenne de l’Union européenne», a immédiatement souligné le ministre de l’Economie Rainer Brüderle dans un communiqué.

Après avoir été très durement touchée par la crise, avec un recul de 4,7% en 2009, l’Allemagne s’est reprise grâce à un secteur exportateur très dynamique mais aussi grâce à la demande intérieure, soutenue par un chômage en baisse, a poursuivi le ministre, qui juge que son pays «prend le chemin du plein emploi».

Le premier exportateur européen a notamment profité de l’appétit des pays en développement pour ses voitures, produits chimiques ou machines industrielles, qui s’est traduit par une envolée des exportations (14,2%).

Fonte du chômage aidant, les Allemands ont également semblé retrouver le chemin des magasins, et la consommation des ménages, traditionnellement anémique, a frémi (+0,5%). Le pays a bénéficié cette année d’une reprise bien plus robuste que prévu, ce qui fait grimper les recettes fiscales tout en réduisant les dépenses sociales, notamment l’assurance-chômage. Berlin a également lancé un vaste plan de rigueur qui doit lui faire économiser 80 milliards d’euros d’ici 2014.

Le rebond de la première économie européenne devrait se poursuivre en 2011, selon les économistes, cela se fera à un rythme toutefois moins élevé. Ferdinand Fichtner, de l’institut DIW, a ainsi mis en garde contre «une euphorie exagérée», jugeant que la demande internationale pour les produits allemands devrait ralentir tout comme le recul du chômage. Et d’émettre un pronostic de 2,2% de croissance pour 2011.

Les analystes d’ING et Commerzbank se montrent plus optimistes, prédisant respectivement +2,7% et +3% de croissance pour l’année qui vient de débuter.

En 2010, le déficit public allemand s’est creusé à 3,5% du Produit intérieur brut (PIB), a également annoncé Destatis, après 3% en 2009 et un léger excédent en 2008 (+0,1%).