Avoir des carnets de commandes pleins est une chose. Encore faut-il pouvoir les honorer. Plusieurs marques horlogères rencontrées par Le Temps mardi au salon Geneva Watch Days confient avoir aujourd’hui de la peine à répondre à la demande.