Anciennement appelé Libra, le projet de système de paiement international lancé par Facebook et plus de 20 partenaires en 2019 est redimensionné et sera dédié au seul marché américain, a annoncé mercredi l’association qui le chapeaute. Cette dernière est appelée à quitter le canton du bout du lac, où la création d’un écosystème autour des technologies comme la blockchain ne s’est pas concrétisée au-delà de déclarations d’intention.

A l’origine, il devait s’agir d’une cryptomonnaie mondiale arrimée à un panier de monnaies et créée depuis Genève, la patrie d’origine d’un de ses concepteurs, David Marcus. Puis de plusieurs devises numériques liées chacune à une zone géographique et une monnaie. Ce sera finalement un moyen de paiement américano-américain. Le futur «diem-USD» sera émis par Silvergate, une banque californienne spécialisée dans les cryptomonnaies. L’établissement opérera aussi un système de paiement dédié, qui pourra accueillir les futures monnaies électroniques émises par des banques centrales (de nombreux pays, dont la Suisse, ont des projets). Aucune date de lancement n’a été précisée, ni aucune véritable explication pour ce changement d’envergure.