Ils semblent loin, les records de novembre 2021, où le bitcoin frisait les 70000 dollars. Désormais, il en vaut moins de la moitié. Après plusieurs jours de chute, la cryptomonnaie la plus populaire a atteint un plus bas dans la nuit de mercredi à jeudi à 25 424 dollars avant de remonter légèrement. D’autres cryptomonnaies, comme l’ether, ont aussi chuté.

Lire aussi: Nouvelle dose de controverse pour le tether

La dégringolade a commencé de concert avec les marchés actions. Entre inflation persistante, doutes sur la croissance économique mondiale et incertitude ambiante, les bourses perdent du terrain depuis plusieurs jours. «Cette année, les investisseurs ont tendance à réduire leurs risques. Comme les cryptos font partie des actifs les plus risqués, en vendre équilibre le profil des portefeuilles», explique Mads Eberhardt, analyste en cryptodevises de Saxo Bank. Depuis le début de cette année, les cryptomonnaies montrent une corrélation marquée avec les actions.

Réserves en dollars

Mais désormais, la dégringolade des cryptos répond à des problèmes qui leur sont propres. «Le crash du terra, au début de la semaine, a secoué les marchés cryptos», souligne encore Saxo Bank. Ce stablecoin dont une unité doit s’échanger à un taux fixe d'un dollar a vu sa valeur chuter de près de moitié. Contrairement à d’autres stablecoins, l’émetteur du terra ne détient pas les dollars en réserve pour garantir sa valeur. C’est un algorithme qui est supposé le faire en effectuant des arbitrages supposé influencer les investisseurs pour qu'ils achètent ou vendent selon la situation, ce qui ramène le cours vers le niveau voulu.

Lire aussi: L’étau réglementaire se resserre sur les cryptomonnaies

«Beaucoup pensaient que cet algorithme ne tiendrait pas à long terme, en particulier lors de conditions de marché difficiles, puisqu’une partie du collatéral est liée au bitcoin. Cela signifie que le terra, et donc tout le marché cryptos, est sujet à un risque systémique, potentiellement causé par le prix du bitcoin», reprend Mads Eberhardt.

Moins volatiles

Les stablecoins sont utilisés par les investisseurs pour acheter ou vendre des cryptomonnaies sans devoir passer par des monnaies traditionnelles. Leur cours évolue en fonction des monnaies traditionnelles qu’elles utilisent comme référence. Ils ne sont donc en principe pas sujets à la même volatilité que le bitcoin et les autres cryptomonnaies.

Mercredi, un deuxième stablecoin, autrement plus significatif, est entré dans la tourmente. Le tether, la plus importante en taille de ces monnaies (80 milliards de dollars de capitalisation, soit quatre fois plus que le terra), est tombé jusqu’à 0,96 dollar avant de remontrer à 0,99 dollar. Sur Twitter, son responsable technologique, Paolo Ardoino, tentait de rassurer jeudi, soulignant que tous les remboursements étaient effectués à un tether contre un dollar.

Cela fait des années que certains doutent que l’émetteur détienne véritablement l’entièreté des réserves en dollars, comme il le prétend. D’autant plus qu’il n’a jamais été très précis sur la composition des réserves et qu’il a été amendé l’an dernier par les autorités américaines (CFTC) pour avoir fait des déclarations trompeuses sur l’état de ses réserves. Pour les analystes, les déboires du terra ont certainement fait remonter les doutes entourant le tether, ce qui explique sa chute.

Jeudi, Paolo Ardoino a ajouté que le tether allait maintenir la convertibilité «à tout prix», qu’il se trouve dans ses réserves des «tonnes de bons du Trésor américain» qui seront vendus si nécessaire pour maintenir la valeur de la monnaie.