Star de la dernière décennie, le capital investissement – plus connu sous le nom de private equity – a traversé des années fastes dans un environnement où le crédit presque gratuit favorisait des niveaux de rendement irrésistibles. En particulier les opérations d’achat à fort effet de levier (leverage buy out), qui représentent environ 60% de l’industrie. Les gérants de fonds achetaient des entreprises en apportant peu de fonds propres, le solde étant financé par de la dette (parfois jusqu’à 80%). Le retour des taux d’intérêt en territoire positif modifie fondamentalement l’équilibre de ces montages financiers, qui ont largement soutenu l’explosion de start-up devenues des licornes (des entreprises valorisées à plus de 1 milliard de dollars). Aux Etats-Unis en premier lieu, mais aussi en Europe et en Suisse.