La vaste cyberattaque a paralysé de nombreux sites internet vendredi aux Etats-Unis. Elle a été «neutralisée», selon les autorités américaines lundi.

Vendredi, plusieurs sites de premier plan (Twitter, Spotify, CNN, Airbnb…) ont été perturbés par une attaque en plusieurs vagues menée contre le prestataire de services Dyn, qui redirige les flux internet vers les hébergeurs.

Lire aussi: La cyberattaque de vendredi révèle la faiblesse de l’Internet des objets

Dans son communiqué, le ministre de la Sécurité intérieure, Jeh Johnson confirme par ailleurs que cette attaque par déni de service, qui consiste à submerger un serveur de requêtes pour le rendre indisponible, a pu être menée depuis des objets connectés à Internet.

Les autorités ont notamment identifié un logiciel malveillant baptisé Mirai ciblant «des caméras de surveillance ou des appareils de loisirs connectés à Internet» pour mener ces attaques à l’insu de leurs propriétaires, assure le responsable.

Les autorités «travaillent avec les forces de l’ordre, le secteur privé et la communauté scientifique pour développer les moyens de neutraliser (ce logiciel) et d’autres logiciels malveillants qui y sont liés», ajoute Jeh Johnson.