Une nouvelle initiative visant à sécuriser le cyberespace voit le jour à Genève. Jeudi a ainsi été annoncée la création du CyberPeace Institute, un organisme ayant pour but d’assister des communautés vulnérables, de prôner la transparence et de participer aux discussions internationales concernant les comportements dans le cyberespace.

Au cœur de ce nouvel organisme se trouve un homme connu à Genève, Brad Smith. Le président de Microsoft milite depuis plusieurs années pour pacifier internet et inciter les Etats et les entreprises à adopter des comportements pacifiques. Brad Smith fait partie du comité directeur du CyberPeace Institute, aux côtés notamment de Martin Vetterli, président de l’EPFL, de Khoo Boon Hui, ancien président d’Interpol, ou encore d’Alexander Niejelow, vice-président de Mastercard. L’entité est dirigée par Stéphane Duguin, actuellement directeur de l’unité EU Internet Referral d’Europol et à l’origine de la création du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité.

Hôpitaux ciblés

La nouvelle ONG cite comme principales menaces de cyberattaques notamment celles qui ont conduit récemment, à cause de «ransomwares» («rançongiciels»), à la fermeture d’hôpitaux et de services publics de villes entières aux Etats-Unis.

Lire a sujet: Baltimore prise en otage par des hackers

L’organisme se donne trois missions. D’abord, coordonner les efforts de rétablissement pour les victimes de cyberattaques les plus vulnérables. Ensuite, faciliter les analyses, recherches et enquêtes collectives sur les cyberattaques, y compris l’évaluation des dommages. Enfin, le CyberPeace Institute veut prôner des comportements positifs et responsables dans le cyberespace, notamment en faisant progresser l’adhésion aux lois et aux règles internationales.

Aucun chiffre annoncé

Au cours des mois à venir, le CyberPeace Institute devrait embaucher des experts pour exécuter sa mission. Objectif: établir des partenariats avec les secteurs privé et public et le monde universitaire. L’organisation est initialement financée par Mastercard, Microsoft et la Hewlett Foundation, avec l’assistance supplémentaire de corporations et d’institutions philanthropiques majeures. Aucun chiffre n’a été annoncé.

Le CyberPeace Institute se déploiera en parallèle à la Swiss Digital Initiative, annoncée début septembre à Genève. Cette fondation, qui réunit notamment Microsoft, Credit Suisse, Google, Huawei, Ringier (copropriétaire du Temps) et Swisscom, vise à créer les bases d’un web plus sûr. Doris Leuthard en est la présidente.

Lire: La Swiss Digital Initiative est lancée depuis Genève

L'implantation du CyberPeace Institute a Genève s'inscrit dans la droite ligne des Geneva Digital Talks, une initiative lancée en 2017 par les autorités genevoises afin de positionner le canton en tant que centre mondial de régulation des technologies liées à Internet, rappellent jeudi les autorités locales. «Genève est le centre de gouvernance mondiale le plus actif de la planète, affirme dans un communiqué Pierre Maudet, conseiller d'Etat genevois chargé du développement économique. Son approche pluridisciplinaire et la présence d'un réseau d'acteurs locaux, internationaux, publics, privés et académiques particulièrement dynamique fera toujours la différence.»