Après avoir consenti tous les efforts d’adaptation aux mutations des quinze dernières années – disparition du secret bancaire, big bang réglementaire, instauration de l’échange automatique de renseignements –, l’industrie de la banque privée semblait enfin pouvoir envisager sereinement son avenir, en se concentrant sur son développement et sa digitalisation. Or la voilà confrontée à un nouveau défi digne du mythe de Sisyphe: la lutte contre la cybercriminalité.

Lire aussi: «Les cyberattaques, c’est comme les accidents, on est persuadé que cela n'arrive qu'aux autres»