Nomination

Daniela Stoffel prend la tête de la diplomatie financière

Ueli Maurer a nommé une proche conseillère au poste de secrétaire d’Etat aux questions financières internationales

En fin de compte, Daniela Stoffel n’ira pas à Abu Dhabi. Nommée le 14 décembre ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire aux Emirats arabes unis et à Bahreïn avec résidence dans cette ville, la Zurichoise n’exercera pas cette fonction. Le Conseil fédéral l’a désignée mercredi pour une autre fonction, celle de secrétaire d’Etat aux questions financières internationales (SFI). Elle succédera le 1er mars à Jörg Gasser, qui a décidé de quitter l’administration fédérale après avoir assumé cette charge pendant seulement vingt et un mois.

Interrogé à ce sujet mercredi, le président de la Confédération, Ueli Maurer, explique que lorsque Daniela Stoffel a fait acte de candidature pour Abu Dhabi, Jörg Gasser n’avait pas encore annoncé sa démission. Après sa nomination au poste d’émissaire dans les Emirats le 14 décembre, Ueli Maurer l’a recontactée pour lui suggérer de déposer son dossier pour la direction du SFI. «Diplomate, économiste, spécialiste des questions financières: elle présente la combinaison idéale pour ce poste», résume-t-il en ajoutant avoir relancé d’autres personnes. «La direction du SFI n’est peut-être pas le poste pour lequel on dépose sa candidature de manière tout à fait spontanée», concède-t-il.

Pas le même réseau

Après ses études de philosophie, d’économie et de linguistique allemande à l’Université de Zurich, conclue par un doctorat en 1996, elle a séjourné aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne avant d’entrer au service diplomatique au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Elle y a occupé différentes fonctions (porte-parole, attachée culturelle et économique) à Berne, à Washington, à Berlin et à l’OCDE, à Paris. Détachée au SFI depuis 2015, cette native de Winterthour âgée de 50 ans, mère d’une fille adulte, est conseillère diplomatique d’Ueli Maurer depuis le 1er juillet 2016.

Elle sera la quatrième responsable de la diplomatie financière de la Confédération en neuf ans, le SFI ayant été créé en 2010. Comme deux de ses prédécesseurs, Michael Ambühl et Jacques de Watteville, elle vient du DFAE. Son expérience et son réseau n’ont pas, toutefois, la même épaisseur que les leurs. Elle est cependant considérée comme une proche d’Ueli Maurer, qui la tutoie. Ceux qui la côtoient la disent opiniâtre, déterminée et efficace.

Lire aussi: Jörg Gasser: «La Suisse fait œuvre de pionnier dans la fintech»

Des dossiers importants l’attendent: la réforme fiscale et financement de l’AVS (RFFA, sur laquelle le peuple suisse votera le 19 mai), l’accès aux marchés financiers européens, la reconnaissance boursière, la numérisation de la finance, le sommet 2019 du G20 au Japon auquel la Suisse participera, les prescriptions sur les fonds propres des grandes banques ou encore PostFinance.

Publicité