Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Danone rachète The WhiteWave Foods (REUTERS)
© JOHN SCHULTS

Alimentation

Danone réalise un gros coup aux Etats-Unis

Le groupe français dépense 12,5 milliards de dollars pour devenir numéro un dans les produits laitiers bio. L’impact sur Nestlé est limité

Danone va emprunter massivement pour s’offrir la plus grosse acquisition depuis celle du néerlandais Numico en 2007. Le groupe français, leader dans les produits laitiers frais, a annoncé jeudi avoir conclu une opération d’achat de The WhiteWave Foods, société américaine spécialisée dans les produits laitiers biologiques et les substituts végétaux des produits laitiers. 12,5 milliards de dollars (12,23 milliards de francs) seront déboursés, avec une prime de 24% sur les derniers cours de bourse, alors que le ratio d’endettement du groupe français se situe déjà à 62%.

L’opération, qui aura peu d’impact direct sur Nestlé peu présent aux Etats-Unis dans les produits laitiers frais, a surpris plusieurs analystes. «Les responsables de Danone avaient déclaré récemment qu’ils n’envisageaient pas de grosses acquisitions, souligne Jean-Philippe Bertschy, de Vontobel. Mais les taux d’emprunts sont tellement bas qu’ils suscitent des envies. Le nombre important d’opérations dans le secteur de l’alimentation s’explique par cette situation».

Cinq gros accords ont été conclus l’an dernier, dont le plus important est la fusion entre Heinz et Kraft Foods, alors qu’un rapprochement, pour l’instant inamical, est annoncé entre Hershey et Mondelez.

Emmanuel Faber, patron de Danone, considère l’acquisition du leader bio américain, fort d’un chiffre d’affaires de 3,9 milliards de dollars réalisé à 86% en Amérique du Nord, comme hautement stratégique. «Nos deux entreprises partagent la même volonté de participer à la construction d’un monde en meilleure santé, indique-t-il. Ce rapprochement représente une avancée majeure dans l’engagement de Danone à mener une révolution de l’alimentation».

Le flop du yogourt LC1

Nestlé, qui avait tenté une percée avec le yogourt probiotique LC1, n’a pas réussi à jouer un rôle majeur dans les produits laitiers frais, spécialité de Danone qui réalise la moitié de son chiffre d’affaires annuel de 22,1 milliards d’euros (23,96 milliards de francs) dans ce domaine. «Le LC1 était un produit extraordinaire, mais il a été victime d’une campagne marketing trop scientifique, relève Jean-Philippe Bertschy. Danone n’a pas commis cette erreur en lançant Activia dans le même créneau de marché».

Comme souvent quand les affaires ne prennent pas l’essor souhaité, on l’a vu récemment avec la création, dans le domaine des glaces, de la coentreprise Froneri, Nestlé cherche un partenaire. Pour les produits laitiers frais il s’est allié, dès 2006, avec le groupe français Lactalis en détenant 40% d’une coenterprise couvrant les marques de desserts et de yogourts des deux sociétés sur le marché européen.

«Nestlé ne sera pas directement affecté par l’achat de The WhiteWave Foods car cela concerne le marché américain, et non européen», souligne l’analyste de Vontobel. Le géant veveysan a manqué le coche des produits frais et des labels bio, qui sont, en Suisse par exemple, la chasse gardée de Migros et Coop. Mais il compte bien gagner, avec son nouveau patron Ulf Mark Schneider, la bataille suivante: celle des aliments spécifiques qui peuvent participer à la lutte contre certaines maladies.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)