De l’infidélité à l’artisanat en ligne, les entrées en bourse se succèdent

E-commerce AshleyMadison.com annonce sa volonté d’être coté. Etsy est entré au Nasdaq jeudi

Le nombre d’entrées en bourse a atteint un record au premier trimestre de cette année

Un service promouvant l’infidélité, une entreprise vendant de l’artisanat en ligne, une troisième active dans le trading à haute fréquence: ces jours, la bourse attire de plus en plus de sociétés, notamment dans le domaine des nouvelles technologies. Jeudi a ainsi vu le premier jour de cotation au Nasdaq d’Etsy, plateforme américaine de vente en ligne de produits artisanaux. Le même jour, Virtu Financial, l’un des plus importants traders à haute fréquence, était le premier de ce secteur à entrer en bourse. Et mercredi, c’est le propriétaire d’Ashleymadison.com, site de rencontre entre personnes mariées, qui annonçait une entrée en bourse prochaine.

Ces initiatives surviennent alors que le climat est des plus favorables aux opérations de ce type. En Europe, il n’y a ainsi jamais eu autant d’entrées en bourse au premier trimestre depuis l’éclatement de la bulle Internet, en 2000. Selon une étude de PwC, publiée ce lundi, 81 entreprises ont fait leur entrée en bourse, pour un total de 16,4 milliards d’euros de fonds levés, contre 11,4 milliards d’euros au premier trimestre 2014. PwC cite les places boursières de Madrid, Paris et Zurich (on pense à l’opération de Sun­rise) comme les plus dynamiques. Pourquoi cet engouement? «Cela s’explique notamment par les bonnes performances à l’issue des introductions en bourse, qui ont permis de réduire la volatilité, et les gestionnaires de portefeuilles qui cherchent à investir d’importantes liquidités», selon un spécialiste de PwC.

C’est dans ce contexte qu’Etsy a fait jeudi ses débuts au Nasdaq. Proposé à 16 dollars, le titre a augmenté de 93% dans les premières minutes de cotation. La firme, qui sert en quelque sorte d’Amazon entre particuliers fabriquant des produits artisanaux, a ainsi été valorisée à 1,78 milliard de dollars. Etsy a été fondée en 2005 et a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 195 millions de dollars pour une perte de 15 millions de dollars. Mercredi, un jour avant son entrée en bourse, Etsy levait 267 millions de dollars.

Le même jour, Virtu Financial levait 314 millions de dollars et entrait en bourse jeudi au prix initial de 19 dollars le titre, pour décoller rapidement à 22,50 dollars. La société a ainsi été valorisée à quelque 2,6 milliards de dollars. Elle est bénéficiaire depuis 2008, avec une marge conséquente: le bénéfice a atteint 190 millions de dollars en 2014, pour un chiffre d’affaires de 723 millions.

Ces prochaines semaines, ces sociétés pourraient être rejointes par Avid Life Media, société canadienne propriétaires du site ­AshleyMadison.com. Le groupe pourrait viser une bourse européenne, plutôt que celle de New York, car «il a été difficile de trouver, en Amérique du Nord, du soutien pour entrer en bourse», selon un responsable. AshleyMadison a réalisé un chiffre d’affaires de 115 millions de dollars en 2014, le quadruple de 2009.

La firme pourrait lever 200 millions de dollars pour accélérer son expansion à l’international. Elle compte 36 millions de membres dans 48 pays, ne donne pas encore d’indication sur son bénéfice net et estime que sa valorisation pourrait avoisiner le milliard de dollars.

AshleyMadison a réalisé un chiffre d’affaires de 115 millions en 2014, le quadruple de 2009