Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Mark Zuckerberg, patron de Facebook, à la réunion F8 à San José, mardi 1er mai 2018.
© Josh Edelson/AFP

États-Unis

Avec Dating, Facebook se lance dans les sites de rencontre

Le réseau social veut encourager les «relations durables» entre ses centaines de millions d’utilisateurs célibataires

Facebook se rêve en nouveau Match ou Tinder. Mardi 1er mai, le réseau social a en effet dévoilé une prochaine plateforme de rencontres amoureuses. «Deux cents millions de personnes sont inscrites comme célibataires sur Facebook, nous pensons que nous pouvons aider», a justifié Mark Zuckerberg lors de la keynote d’ouverture de F8, la grande conférence annuelle des développeurs que la société organise cette semaine à San José.

Le service, baptisé Dating on Facebook, aura pour but de créer des «relations authentiques et durables, pas seulement des plans d’un soir», assure le patron de l’entreprise américaine. Après avoir créé un profil spécifique, les utilisateurs pourront choisir des groupes ou des événements basés sur leurs centres d’intérêt. Ils accéderont alors aux photos des autres participants, qu’ils pourront contacter par message.

Le spectre du scandale Cambridge Analytica

Face aux potentielles inquiétudes sur l’utilisation des données personnelles, Facebook assure que cette plateforme de rencontres ne communiquera pas avec ses autres composantes. Le profil créé ne sera pas visible par les amis des utilisateurs. Aucune information ne sera affichée sur le fil d’actualités. Et les messages reçus et envoyés seront également séparés de la boîte principale. Facebook n’a pas indiqué de date de lancement.

A lire: Un an sans Facebook

Au-delà de cette annonce, la conférence F8 était aussi l’occasion de renouer le contact avec les développeurs tiers d’applications et de services, emportés malgré eux dans le scandale lié au siphonnage des données personnelles de 87 millions d’utilisateurs par la firme britannique Cambridge Analytica. Mark Zuckerberg s’est ainsi, de nouveau, engagé à tout mettre en œuvre pour réparer les erreurs du passé. Il a notamment annoncé le prochain lancement d’une option permettant d’effacer son historique de navigation. «De nombreuses autres mises à jour vont suivre», a-t-il ajouté.

A lire: Il est urgent de «réparer» Facebook

Mais le patron de Facebook a surtout tenté de tourner la page des polémiques. «Nous avons la responsabilité d’avancer, de continuer à bâtir des outils pour rapprocher le monde», a-t-il lancé. Pour y parvenir, la société veut effectuer un retour aux sources, redonnant la priorité aux amis et aux relations personnelles. «Il est surprenant de voir que peu de technologies ont été conçues autour des gens», a souligné M. Zuckerberg.

Dans cette optique, le réseau social veut mettre en avant les groupes de discussion, une fonctionnalité qui existe pourtant depuis des années mais qui a longtemps été négligée. Pour encourager ses utilisateurs à faire partie de ces communautés, Facebook va ajouter un nouvel onglet sur l’application mobile, qui suggérera des groupes en fonction des centres d’intérêt.

Facebook mise également sur la réalité virtuelle, malgré des débuts commerciaux difficiles. Ses responsables estiment que cette technologie sera une composante majeure des réseaux sociaux du futur. Mardi, sa filiale Oculus a lancé la commercialisation de l’Oculus Go, un casque qui ne nécessite ni ordinateur ni smartphone pour fonctionner. «C’est le moyen le plus simple de plonger dans la réalité virtuelle», selon Mark Zuckerberg.

A lire: Trois raisons pour lesquelles Facebook va continuer à croître

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)