Horlogerie

Davide Traxler n’est plus le patron de Corum

Une année et demie après son entrée en fonction, Davide Traxler quitte la marque chaux-de-fonnière. En mars dernier, il avait également été nommé à la tête d’Eterna

Davide Traxler quitte Corum. Entré en fonction en septembre 2015, le patron de la marque horlogère basée à La Chaux-de-Fonds (NE) a été libéré de ses fonctions par les propriétaires de l'entreprise, a appris Le Temps samedi.

Contacté, le principal intéressé confirme l’information mais assure que ce départ était prévu de longue date. Le propriétaire de la marque – le groupe chinois Citychamp – n’était pas joignable à l’heure d’écrire ces lignes.

A lire: Davide Traxler: «Depuis qu’elle est chinoise, Corum a été victime de discrimination» (21.02.2016)

«A l’origine, on m’avait confié un mandat d’une année courant jusqu’en septembre 2016, explique Davide Traxler. Mais comme mon successeur n’était pas prêt, j’ai accepté de poursuivre jusqu’à la Foire de Bâle de cette année.» Il va continuer d’assurer certaines fonctions jusqu’à fin mai et se dit prêt à «travailler encore durant le mois de juin» si l’actionnaire le lui demande.

Egalement directeur d’Eterna

A l’interne, certains s’étonnent de ce départ et parlent d’une rupture plus brutale. Ce d’autant que, peu avant la Foire de Bâle, Davide Traxler avait également repris la direction ad interim d’Eterna – marque détenue par le même actionnaire.

Ce dernier ne tarissait alors pas d’éloges à son égard. «Le conseil d’administration confirme son indiscutable confiance en M. Davide Traxler et son expertise pour reconstruire l’aura d’Eterna», commentait Tao Li, président exécutif du conseil d’administration européen de Citychamp dans un communiqué publié en mars dernier. En insistant sur la volonté du groupe de miser sur «le long terme» et «l’engagement» pour chacune des marques.

«Le programme de restructuration d’Eterna se poursuivra, affirme simplement Davide Traxler. Ce n’est pas parce que l’on change un joueur que l’équipe de foot ne peut plus avancer.»

Remise à l’équilibre

Davide Traxler avait pris les rênes de l’entreprise en septembre 2015 à la suite du départ inattendu d’Antonio Calce. Alors que la marque, connue pour ses montres Bubble, Admiral ou Bridge perdait entre 10 et 20 millions de francs par an depuis 2009, elle serait arrivée à l’équilibre en 2016. Elle réaliserait aujourd’hui environ 50 millions de francs de chiffre d’affaires et emploie une centaine de personnes.

Davide Traxler assure qu’il n’est pas frustrant pour lui de partir alors que les fruits de son travail sont sur le point d’être ramassés. «Je pars quand tout va bien. Je préfère cela plutôt que de quitter un navire qui coule.»

Celui qui a passé l’essentiel de sa carrière chez Chopard ne donne pas d’informations quant à ses projets d’avenir. Il rappelle simplement qu’il vient juste d’être nommé ambassadeur de l’Ordre de Malte en Biélorussie et que cette activité le conduira certainement à passer davantage de temps à Minsk.

Publicité