Trente centimètres de poudreuse et un soleil éclatant. Lundi, les quelque 3000 participants (dont 55 chefs d’Etat et un millier de patrons d’entreprise) à la cinquantième édition du Forum économique mondial sont arrivés dans la station grisonne avec les meilleures conditions météorologiques possible. Deux sujets devraient dominer les débats: le changement climatique et les inégalités sociales.

A la suite des controverses l’an dernier liées à l’usage de jets privés par le «club des riches», le patron du WEF, Klaus Schwab, a encouragé cette année les délégués à recourir aux transports moins polluants, le train par exemple – 50% de rabais sur le prix du billet pour les participants selon un courriel la semaine dernière. Dans la station d’hiver même, des véhicules électriques seront de mise. Mercredi a été déclaré journée sans viande, pour rappeler que sa production est une source de pollution. Pour les autres jours, il a été recommandé aux traiteurs de ne pas servir du caviar et du foie gras. Va pour le champagne, mais avec modération.