Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une manifestation du syndicat IG Metall.
© WOLFGANG RATTAY / Reuters

Allemagne

Le débat sur la flexibilité du travail gagne l’Allemagne

Alors que les Jeunes socialistes suisses proposent de travailler 25 heures par semaine pour le même salaire, outre-Rhin, le syndicat IG Metall revendique le passage à la semaine de 28 heures, avec ajustement partiel du salaire, pour une durée de deux ans

Les négociations tarifaires qui doivent ouvrir le 15 novembre dans la métallurgie allemande s’annoncent particulièrement conflictuelles cette année. Le puissant syndicat de la branche IG Metall a en effet surpris le patronat mardi avec une double revendication. IG Metall réclame des hausses de salaires importantes, de 6% pour les 3,9 millions de salariés de la branche. Surtout, le syndicat enfourche de nouveau le cheval de bataille de la réduction du temps de travail, vingt-trois ans après avoir obtenu la semaine de 35 heures, à l’issue de dix-huit années de lutte syndicale.

Possible appel à la grève

IG Metall entend imposer lors du prochain round de négociations davantage de flexibilité du travail pour les salariés, avec la possibilité pour eux de passer à la semaine de 28 heures, avec ajustement partiel du salaire, pour une durée de deux ans et sans avoir à fournir d’explications à l’employeur. Le retour à un plein-temps doit être garanti à l’issue des deux années. «La flexibilisation des horaires de travail dans les entreprises ne doit pas être un fardeau unilatéral supporté par les employés, eux aussi doivent pouvoir en faire usage», estime le chef d’IG Metall, Jörg Hofmann, rappelant que quantité de salariés souhaitent réduire leur temps de travail pour s’occuper davantage de leurs enfants, de proches dépendants, par peur du surmenage ou tout simplement pour se former.

Dans les deux premiers cas – s’occuper de jeunes enfants ou de parents dépendants –, le salaire devrait être partiellement maintenu. «A côté des hausses de salaires, les salariés veulent obtenir le droit de gérer leur temps de travail à leur guise», assure Jörg Hofmann, qui promet «un round de négociations riche en conflits». IG Metall pourrait appeler à la grève à compter du 1er janvier, faute d’avancée d’ici là sur le dossier.

Vers un automne social agité

L’Allemagne se prépare de fait à un automne social agité cette année. La défaite du Parti social-démocrate SPD aux législatives du 24 septembre signifie pour les syndicats qu’ils ne peuvent désormais compter que sur eux-mêmes. Au cours des quatre dernières années, le Ministère du travail contrôlé par la sociale-démocrate Andrea Nahles, avait imposé à Angela Merkel une série de lois favorables aux salariés, avec notamment l’adoption du salaire minimum et le retour partiel à la retraite à 63 ans.

Nous souffrons déjà d’un déficit en personnel qualifié, ce serait donc de la folie pour le site de production allemand que d’accroître volontairement ce déficit

Du côté du patronat, les revendications d’IG Metall provoquent une levée de boucliers. «Nous souffrons déjà d’un déficit en personnel qualifié, ce serait donc de la folie pour le site de production allemand que d’accroître volontairement ce déficit», estime-t-on chez Gesamtmetall, la fédération patronale de la métallurgie. «On ne peut lutter contre le déficit en personnel qualifié qu’en améliorant les conditions qui permettent de concilier vie professionnelle et vie privée, rétorque IG Metall dans un document interne. Le principal responsable du déficit en main-d’œuvre est le modèle de l’homme au travail et de la femme à mi-temps ou à la maison. Plus on flexibilisera le travail, plus on pourra persuader les femmes de rejoindre le monde du travail.»

Le patronat ajoute qu’avec la semaine de 35 heures, et un salaire moyen de 56 000 euros (64 550 francs) par an dans la branche, les métallurgistes allemands bénéficient déjà de conditions de travail particulièrement favorables par rapport à la concurrence étrangère. Selon Rainer Dulger, le président de Gesamtmetall, «les augmentations salariales au cours des cinq dernières années ont représenté un cumul de 20%» dans la branche.

Disparité du temps de travail

IG Metall rétorque que seuls 55% des salariés de la métallurgie jouissent effectivement de la semaine de 35 heures, que près d’un tiers travaillent entre 36 et 39 heures par semaine, et près d’un quart plus de 40 heures par semaine. Un tiers des salariés se plaignent par ailleurs de n’être informés que d’une semaine sur l’autre d’un supplément imprévu de travail.

Lors des dernières négociations tarifaires entamées fin 2015, IG Metall avait obtenu une augmentation des salaires – jugée modérée par le syndicat dans un contexte de carnets de commandes pleins et de croissance des bénéfices – de 4,8% en deux temps ainsi qu’une prime de 150 euros pour les près de quatre millions de salariés de la branche.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)