Des investissements importants de 387,2 milliards de francs – 2% du PIB helvétique sur la période – sont nécessaires pour que la Suisse atteigne la neutralité carbone d’ici 2050, estiment l’Association suisse des banquiers (ASB) et le cabinet d’études Boston Consulting Group (BCG). L’objectif de neutralité carbone nécessiterait d’investir chaque année 12,9 milliards de francs et les banques suisses seraient capables de financer 91% de cette somme par l’octroi de crédits et le marché des capitaux. Le solde pourrait être levé par des partenariats public-privé, ont estimé jeudi la faîtière des banques suisses et BCG.

Lire aussi: Le Conseil fédéral cherche des réformes climatiques «sans punir la population»

L’Etat doit créer des conditions-cadres

«Il est essentiel que les entreprises et les particuliers investissent en permanence dans les projets axés sur la durabilité, comme les rénovations de bâtiments, la transition vers des processus de production offrant une meilleure performance énergétique ou encore la conversion des parcs de véhicules», ont détaillé les auteurs de l’étude dans un communiqué.

Pour l’ASB, «la place financière peu apporter une contribution importante dans le cadre de cette transition». Mais l’association a souligné qu’il «appartient à l’Etat de créer les conditions-cadres optimales» à cette transition, notamment en limitant «les entraves et les restrictions réglementaires ou fiscales aux activités de financement».