Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Après une première intrusion numérique en Suisse, le mois dernier, Décathlon prépare l’ouverture d’un premier magasin physique dans l’une des cinq plus grandes agglomérations helvétiques.
© LDR

Commerce de détail

Décathlon annonce l’ouverture d’un premier magasin en Suisse

Le géant français des articles de sport et de loisirs a lancé le mois dernier son site de vente en ligne exclusivement dédié au marché helvétique. Il s’apprête à renchérir, fin 2017, avec une enseigne physique

Décathlon a pour ambition de s’implanter durablement en Suisse, avec l’ouverture d’un magasin physique, a appris Le Temps. Le groupe, ayant généré 9,1 milliards d’euros en 2015, s’est offert une filiale, domiciliée auprès de la Chambre de commerce et d'industrie France Suisse (1). Baptisée Décathlon Switzerland SA, l’entité a été inscrite au Registre du commerce genevois en date du 9 janvier courant.

Site de vente en ligne dédié au marché helvétique

Peu avant Noël dernier, la multinationale lançait son premier site de vente en ligne, uniquement dédié au marché helvétique. Couplée à la volonté d’occuper, dans l’une des cinq plus grosses agglomérations du pays, une surface commerciale comprise entre 2000 et 4000 m2, cette démarche électronique préliminaire fait craindre le pire aux acteurs historiques du cru.

«Une chaîne comme Décathlon, qui débarque sur notre marché national, c’est un sérieux problème. Ils sont beaucoup plus agressifs que nous, et pas qu’en matière de prix», conclut un concurrent romand, qui ne souhaite pas que son enseigne soit mentionnée.

Acteurs helvétique

Pour l'instant, trois enseignes se partagent le marché suisse des grandes surfaces dédiées au sport: Athleticum, SportXX et Ochsner. De son côté, Décathlon compte 1120 magasins répartis dans 30 pays à travers le monde.

(1) Mise à jour le 23 janvier: à la demande de la CCIFS, l'appellation Chambre franco-suisse pour le commerce et l'industrie a été changée en Chambre de commerce et d'industrie France Suisse.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)