Il avait été au cœur d’un scandale retentissant impliquant Credit Suisse et plusieurs oligarques d’Europe orientale, dont il gérait les fortunes. L’ancien gérant star de la deuxième banque suisse s’est donné la mort fin juillet, à l’âge de 57 ans, a récemment révélé la Handeslzeitung.

Basé à Genève, ce spécialiste du marché russe avait été condamné début 2018 à 5 ans de prison pour avoir causé un dommage de 143 millions de francs au préjudice notamment de l’ancien premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili, mais aussi pour s’être enrichi de 30 millions.

Lire aussi: Le gérant déchu de Credit Suisse et «sa holding du crime financier»

Le gestionnaire avait notamment ponctionné les comptes du milliardaire géorgien pour dissimuler des pertes sur les comptes d’autres clients. Il avait reconnu l’essentiel des faits lors de son procès à Genève. Les juges avaient alors relevé sa très bonne collaboration à l’enquête, sa prise de conscience, ses regrets sincères et son comportement exemplaire en prison.

En audience, le prévenu avait notamment évoqué les courriers qu’il rédigeait en détention pour aider les détenus et «entretenir» son cerveau. «Je le fais avec plaisir et cela me donne le sentiment de servir à quelque chose», avait-il notamment déclaré.

En liberté provisoire

Lire également: La métamorphose de la star déchue de Credit Suisse

Celui qui avait travaillé chez Credit Suisse entre 2004 et 2015 avait également été condamné à payer 130 millions de francs à son ancien employeur au titre du dommage subi par la banque. Les montants confisqués ou séquestrés sur les comptes des clients russes ayant profité des transferts indus devaient être déduits de ce montant.

Incarcéré en janvier 2016, l’homme se trouvait en liberté provisoire depuis décembre 2018, après avoir purgé l’essentiel de sa peine. Une procédure était en cours pour déterminer s’il devait retourner derrière les barreaux pour quelques mois. En février dernier, le Tribunal fédéral avait renvoyé le dossier à la Cour de justice du canton de Genève, qui devait trancher la question. Une audience avait eu lieu en juin.

«Détruit par cinq ans de procédures»

«Mon client a été détruit par toutes ces procédures, déclare au Temps son avocat Simon Ntah, qui l’a défendu pendant cinq ans. Cette issue est insupportable, elle illustre la violence du système judiciaire, c’est un échec pour tout le monde.»

Sur le même thème: Les parties plaignantes font surtout le procès de Credit Suisse

Plusieurs procédures civiles opposant des clients lésés et Credit Suisse sont en cours dans différentes juridictions, dont une menée par Bidzina Ivanishvili à Singapour. 

Dans un rapport de 2018, la Finma avait relevé des faiblesses dans l’organisation administrative de Credit Suisse et la gestion des risques concernant ces clients très fortunés. L’autorité de surveillance des marchés avait conclu que le statut particulier dont bénéficiait ce gérant star avait provoqué une défaillance du contrôle sur ses activités.

Lire aussi: La surveillance très floue de l’ex-star de Credit Suisse