DeepF***Value est devenu millionnaire en investissant très tôt dans l’action GameStop. Ce boursicoteur américain de 34 ans est l’éminence grise des milliers de petits investisseurs qui se sont ligués pour soutenir la plus célèbre action de ce début d’année 2021. Source d’inspiration pour les uns ou symbole de la finance dégénérée pour les autres, Keith Gill – son vrai nom – se trouve maintenant dans le viseur des autorités financières du Massachusetts. Le Congrès américain compte aussi sur lui pour expliquer comment l’action GameStop est passée de 18 à près de 400 dollars en janvier, infligeant des milliards de pertes à des hedge funds. Avant de s’écraser à moins de 70 dollars vendredi en fin d’après-midi.

Lire aussi: Après GameStop, faut-il réglementer les forums de discussion?

Il porte un bandeau rouge et des lunettes d’aviateur dans ses vidéos publiées sous le pseudonyme de «Roaring Kitty» (chaton rugissant). Et il pousse le souci du détail jusqu’à décliner le concept sur ses t-shirts. Sur le site Reddit, il est DeepF***Value et porté aux nues par les quelque 8 millions d’utilisateurs du forum WallStreetBets. Tonitruant sur les réseaux sociaux, Keith Gill est resté silencieux dans les médias traditionnels jusqu’à ce que le Wall Street Journal le retrouve fin janvier dans sa banlieue de Boston.

Lire encore: GameStop, le «short squeeze» du siècle

C’est maintenant au tour du surveillant de la finance locale de s’intéresser à son cas. DeepF***Value n’avait peut-être pas le droit de promouvoir l’action GameStop alors qu’il était encore employé au marketing d’une grande assurance à Boston, jusqu’à fin janvier. Il a bien démissionné le 21, mais était techniquement employé de MassMutual jusqu’au 28. Ces dates correspondent à la semaine la plus folle pour GameStop, l’action passant de 43 à 193 dollars.

Conseiller financier dans le civil

Enregistré en tant que courtier en produits financiers, Roaring Kitty n’a pas déclaré ses activités professionnelles secondaires en tant qu’investisseur, alors que la loi l’impose, selon le New York Times. Son employeur n’était pas non plus au courant que cet employé par ailleurs discret publiait depuis un an des vidéos sur les réseaux sociaux. La société d’assurances a affirmé aux enquêteurs que si elle avait été au courant de cette vie parallèle, elle aurait demandé à son collaborateur d’y mettre fin. Et l’aurait licencié s’il avait continué. MassMutual pourrait également être inquiété pour n’avoir pas suivi l’activité de cet employé.

Keith Gill n’est pas seulement quelqu’un qui trempe ses beignets de poulet dans du prosecco quand il est content

Keith Gill n’est pas seulement quelqu’un qui trempe ses beignets de poulet dans du prosecco quand il est content, comme une de ses vidéos les plus vues. Son diplôme d’analyste financier l’a peut-être aidé à identifier une opportunité dans la chaîne de jeu vidéo GameStop, dès l’été 2019. Partisan d’investir dans des sociétés sous-évaluées (une approche dite «value», d’où son pseudonyme), l’homme a repéré que les importants paris à la baisse sur l’action pourraient provoquer une envolée du cours.

C’est ce qui s’est passé en janvier dernier, lui rapportant a priori 48 millions de dollars pour une mise de départ de 755 000 dollars. Le véritable montant de sa fortune n’a pas été formellement établi. Mercredi, son compte sur Reddit affichait une image montrant que sa position dans GameStop valait 8,6 millions et qu’il détenait encore près de 14 millions en cash.

«Je n’avais pas prévu tout ça»

Après son investissement initial, il a commencé à publier des vidéos qu’il décrit comme éducatives en matière financière. L’ampleur de ses gains a fini par en faire une sensation virale, idolâtrée par des boursicoteurs ravis d’échanger des tuyaux boursiers pour s’occuper pendant la pandémie.

«Je n’avais pas prévu ça», a-t-il déclaré au Wall Street Journal. Pas plus qu’il n’avait planifié le «short squeeze» qui allait propulser l’action GameStop vers des sommets fin janvier, même s’il affirme avoir pensé que cela pourrait se produire. Il n’avait certainement pas non plus anticipé devoir aller témoigner devant la Commission d’enquête du Sénat américain qui s’occupe du phénomène GameStop.

«Chaton rugissant» n’a pas été formellement convoqué, mais il figure sur la liste de l’élue californienne Maxine Waters, qui présidera l’audition du 18 février. Des représentants de Robinhood et de GameStop sont également pressentis pour aborder la volatilité des actions et les conséquences des paris pris à la baisse, les ventes à découvert.

En dehors de cette probable visite à Washington, DeepF***Value dit vouloir prendre un peu de recul après ces semaines de folie boursière. Continuer à publier des vidéos, mais de manière moins soutenue. «Je pensais que ma transaction (sur GameStop) serait fructueuse, mais je n’aurais jamais imaginé ce qui s’est passé récemment», a-t-il résumé au Wall Street Journal.