Il a d'abord fallu absorber le choc du printemps 2020. Mais dès l'été dernier, les grandes stations comme Chamonix, Megève, Zermatt ou Verbier, en ont ressenti les effets. Les transactions immobilières se sont multipliées, depuis un an. Mais c'est l'ensemble des régions alpines qui est concerné. De nombreux signaux confirment que la pandémie a provoqué un regain d’intérêt pour l'immobilier de montagne.

Hormis celles qu’il appelle «les leaders des Alpes», Jacques Emery cite une autre station: Villars. Elle ne boxe sans doute pas dans la même catégorie, mais elle est proche des villes, familiale, et avec des prix inférieurs à celles auxquelles on pense immédiatement. «Pour le Valais, y compris en plaine, mais aussi les Préalpes, c’est une bonne année», résume le directeur des ventes de Naef Prestige Knight Frank.